Cannes, propriété d’un «califat»? Une intox partie d’une affiche rédigée en arabe

FAKE OFF Une affiche de la ville de Cannes rédigée en arabe est sortie de son contexte et présentée comme un signe de « l’arabisation » de la France…

Alexis Orsini

— 

L'affiche anti-incivilités photographiée à Cannes et détournée de son contexte.
L'affiche anti-incivilités photographiée à Cannes et détournée de son contexte. — capture d'écran
  • Un post Facebook à succès relaye la photo d’une affiche de la ville de Cannes rédigée en arabe et y voit la preuve d’une « arabisation » de l’Hexagone.
  • Si ce visuel a bien été diffusé en ville en 2015, il est sorti de son contexte.
  • Il s’agit en fait d’une campagne de lutte contre l’incivisme, déclinée en 5 langues (dont le français) comme nous l’explique la municipalité.

A Cannes, la langue française aurait-elle cédé sa place à la langue arabe sur les affichages municipaux ? Oui, si l’on se fie à une publication Facebook à succès, qui s’appuie la photo d’une canette usagée, accompagnée d’un texte rédigé en arabe.

Il n’en faut pas plus à l’auteur de la publication pour affirmer : « Moi qui croyais que le français était langue de la [R] épublique… Cannes doit appartenir à un califat ou l’arabisation du pays ! »

Or, si cette affiche réalisée par la mairie a bel et bien été déployée dans les rues de Cannes, elle était en réalité déclinée en 5 langues… dont le français.

FAKE OFF

Ce visuel fait en effet partie de la campagne municipale « Stop aux incivilités #respectcannes » déployée en 2015 pour viser trois comportements spécifiques, comme l’indique une page (archivée) du site de la ville : « la miction sur la voie publique, ainsi que le jet de mégots et de déchets ».

Cette initiative, déclinée en 5 langues – français, anglais, italien, russe et arabe –, visait à éviter ce type de comportement dans une ville très touristique en rappelant l’amende de 180 euros encourue en cas d’infraction, comme le montre clairement le message rédigé sur chaque affiche… quelle que soit sa version : « 180€, ça fait cher le soda » et (dans l’encadré) « Stop aux incivilités ! A Cannes, jeter un détritus sur la voie publique est sanctionné par une contravention ».

Sur Twitter, le hashtag « #respectcannes » permet en outre de remonter à différentes photos de ces affiches, prises à Cannes à l’époque.

Contactée par 20 Minutes, la ville de Cannes précise : « La lutte contre l’’incivisme […] est LE projet de mandat du maire de Cannes [David Lisnard] depuis son élection en 2014. »

Loin d’indiquer une « arabisation » du pays, l’affiche traduit donc la volonté de la municipalité de parler au plus grand nombre, elle qui accueille chaque année 56,3 % de visiteurs étrangers parmi ses 3 millions de touristes. Cette campagne a notamment remporté le prix du jury concours Créaffiche 2016, qui récompense « les meilleures campagnes diffusées dans les Alpes-Maritimes, l’est du Var ainsi que Monaco » comme l’indique un communiqué de presse transmis par la municipalité.

Celle-ci précise enfin : « Ces campagnes d’affichage estival commencent mi-mai – principalement sur la Croisette – et s’achèvent fin septembre. Depuis 2015, elles sont systématiquement reprises en plusieurs langues et [sont] déclinées de manière égale entre le français, l’anglais, l’italien, l’arabe et le russe. »

>> Vous souhaitez que l’équipe de la rubrique Fake off vérifie une info ? Envoyez un mail à l’adresse fakeoff@20minutes.fr.

20 Minutes est partenaire de Facebook pour lutter contre la désinformation. Grâce à ce dispositif, les utilisateurs du réseau social peuvent signaler une information qui leur paraît fausse.