Lyon: Une œuvre de Truphémus vendue aux enchères à un prix record pour ce peintre

ENCHERES La toile du peintre, mort en 2017, a été cédée samedi à Lyon lors d'une vente aux enchères de son atelier...

20 Minutes avec AFP

— 

Des oeuvres de Truphémus exposées en septembre 2018 à Lyon avant leur mise aux enchères.
Des oeuvres de Truphémus exposées en septembre 2018 à Lyon avant leur mise aux enchères. — AFP

En quatre heures, la vente a permis de récolter plus de 656.000 euros. Un tableau de Jacques Truphémus (1922-2017), grand peintre de Lyon admiré par Balthus, a été cédé samedi 41.000 euros (hors frais) lors d'une vente aux enchères de son atelier, un record pour cet artiste peu connu du grand public.

«C'est un véritable record pour cet artiste, dont les toiles ont été vendues aujourd'hui entre 3 à 10 fois leur estimation. Voire plus parfois. Les 600 personnes présentes aux enchères étaient vraiment des amis, des admirateurs de Truphémus et leur ferveur était vraiment palpable», a déclaré Sylvie Robaglia, porte-parole de la maison de vente Ivoire Lyon, organisatrice des enchères.

Un précédent record de juin battu

L'acquisition de la toile «Intérieur de café, soir, circa 2010» -au catalogue avec 180 autres tableaux à l'huile de l'artiste- a ainsi battu le record des 25.000 euros (plus les frais) pour la vente de «Solitude au café», lors de précédentes enchères en juin de 35 autres ouvrages du peintre mais issus d'une collection privée.

Les toiles «Aimée (ndlr: l'épouse de Truphémus) assise devant un fond bleu, circa 1999» et «Colline de la Croix-Rousse, circa 1972» se sont arrachées samedi à 20.000 euros et 17.500 euros, hors frais.

Un artiste discret

Né le 25 octobre 1922 à Grenoble, étudiant aux Beaux-Arts de Lyon, Jacques Truphémus était un peintre de l'intime. Artiste discret, à l'écart des modes, il partageait son temps entre son atelier lyonnais et celui du Vigan, dans les Cévennes, terre de son épouse et modèle, Aimée, morte en 2000.

Comparé souvent à Pierre Bonnard (1867-1947) pour ses cadrages, sa palette claire dominée par les camaïeux de verts, de jaunes et de bleus, Truphémus affectionnait aussi les tons neutres, minéraux, avant de laisser éclater les couleurs à la fin de sa vie.

Le peintre avait d'illustres admirateurs comme Balthus (1908-2001), rencontré en 1986, et le poète Yves Bonnefoy (1923-2016) qui publiera «Poèmes pour Truphémus».

En 1986, le Musée des Beaux-Arts de Lyon lui avait dédié une grande rétrospective et une exposition avait été récemment organisée chez Ivoire Lyon, à l'occasion des dernières Journées européennes du patrimoine.