Grenoble: Des parents, soupçonnés d'avoir tué leur bébé, mis en examen

INFANTICIDE L'homme de 39 ans et sa compagne de 23 ans ont été mis en examen mercredi soir en Isère, douze jours après la mort de leur nourrisson...

20 Minutes avec AFP
— 
Le palais de justice de Grenoble
Le palais de justice de Grenoble — Jean-Pierre Clatot afp.com
  • L'autopsie réalisée sur l'enfant a révélé la présence de blessures dues à des violences.
  • Les parents du bébé, soupçonnés du meurtre de leur nourrisson, ont été mis en examen mercredi.

L’autopsie, réalisée sur la petite victime, a conduit les enquêteurs à privilégier la piste de l'infanticide​. Un homme de 39 ans et sa compagne de 23 ans ont été mis en examen pour meurtre mercredi soir en Isère après le décès suspect de leur nourrisson il y a douze jours, a-t-on appris jeudi auprès du parquet de Grenoble.

La mère de l’enfant, âgé de 1 mois selon Le Dauphiné, a été placée en détention tandis que son père a été laissé libre sous contrôle judiciaire. Domicilié à Moirans, à une vingtaine de kilomètres au nord de Grenoble, le couple a été mis en examen pour « meurtre » et « violences par un ascendant », a précisé le parquet, qui avait requis le mandat de dépôt pour les deux suspects.

Les parents ont été interpellés lundi après-midi et placés en garde à vue après l’autopsie du corps de l’enfant révélant des blessures laissant penser que le petit garçon avait été victime de violences ayant entraîné sa mort.

Fractures au crâne, traumatisme crânien

« L’autopsie a révélé plusieurs fractures au crâne, un traumatisme crânien et des fractures plus anciennes à des membres inférieurs », a indiqué le procureur de la république de Grenoble Jean-Yves Coquillat, confirmant une information du Dauphiné Libéré.

Devant les enquêteurs, ce couple de marginaux connu de la justice pour des faits de violences et d’usage de stupéfiants a livré des déclarations imprécises sur la chronologie des faits et a nié avoir battu l’enfant.

Son décès avait été constaté le 8 septembre au domicile du couple par les pompiers, appelés par les parents.