Homophobie: Un comédien homosexuel raconte son agression en plein Paris

FAITS DIVERS Arnaud Gagnoud est victime d’un « traumatisme facial, avec ecchymose et œdème pré-orbitaire »...

Clémence Apetogbor

— 

Le comédien Arnaud Gagnoud a raconté sur les réseaux sociaux l'agression homophobe dont son ami et lui ont été victimes
Le comédien Arnaud Gagnoud a raconté sur les réseaux sociaux l'agression homophobe dont son ami et lui ont été victimes — Instagram - Arnaud Gagnoud

« Je savais qu’un jour ça m’arriverait. Une agression homophobe violente en pleine rue. » Le comédien Arnaud Gagnoud a raconté ce mercredi l’agression homophobe dont son ami et lui ont été victimes, postant sur Facebook et Instagram une photo de son visage tuméfié.

Dans un message accompagnant la photo, le comédien revient sur l’agression qui s’est déroulée près d’un théâtre du XXe arrondissement de Paris. Arnaud Gagnoud et son ami viennent d’assister au spectacle « d’une amie et collègue ». Alors qu’ils l’attendent après le spectacle, les deux hommes se « serrent dans les bras ». « Un câlin. Juste un câlin », explique le comédien.

« Y a pas de PD ici »

Trois jeunes qui se trouvaient de l’autre côté de la rue s’approchent du couple et l’insulte. Ils exigent que les deux hommes quittent « leur quartier » où « y a pas de PD ». Ce qu’Arnaud Gagnoud et son ami refusent. Un quatrième garçon, « un gamin qui paraît avoir 12 ans », arrive. Puis un cinquième et un sixième. « Insultes, bousculades, menaces » s’enchaînent. L’un des jeunes arrivé à scooter, « détache son casque, le retire et [me] frappe avec. Deux coups portés à la tête », détaille le comédien.

Des spectateurs du théâtre portent alors secours au couple et le mettent à l’abri. Arnaud Gagnoud est victime d’un « traumatisme facial, avec ecchymose et œdème pré-orbitaire. sept points de suture et plusieurs jours d’ITT ». Son ami n’a pas été agressé physiquement. Et Arnaud Gagnoud de conclure : « Nous avons fait le choix de partager cette photo et notre histoire. Nous avons fait le choix de porter plainte. Pour que ces violences cessent enfin, même si nous ne nous faisons pas d’illusions. »