«C'est comme si j'avais pris une claque»... Le demandeur d'emploi sermonné par Emmanuel Macron confie son amertume

TRAVAIL Après son échange avec Emmanuel Macron, Jonathan, 25 ans, explique avoir été blessé par les propos du président...

L.Br.
— 
Emmanuel Macron à l'Elysée le 15 septembre à l'occasion des Journées du patrimoine.
Emmanuel Macron à l'Elysée le 15 septembre à l'occasion des Journées du patrimoine. — HAMILTON-POOL/SIPA

Le jeune homme sermonné par Emmanuel Macron lors des Journées du patrimoine à l'Elysée s'est confié à BFMTV. Dans une interview, Jonathan, 25 ans, raconte son amertume après sa rencontre avec le président. «Il m'a dit ça, c'est comme si j'avais pris une claque», explique Jonathan.

Dimanche, ce jeune demandeur d'emploi a abordé Emmanuel Macron au palais de l'Elysée, ouvert pour les Journées du patrimoine. Il lui a confié ses difficultés à trouver du travail. Le chef de l'Etat lui a alors conseiller de s'orienter vers les restauration, secteur dans lequel il suffit «de traverser la rue» pour trouver un contrat, a assuré le chef de l'Etat. 

«A côté de la plaque»

Après cette rencontre, Jonathan a accusé le coup. «Ça m'a blessé, ce n'est pas la réponse que j'attendais. J'avais envie de lui dire dans ce cas là accompagnez moi voir s'il n'y a pas du travail». Diplômé en horticulture, le chercheur d'emploi est au chômage depuis un an. «J'ai touché à tout, explique-t-il. J'ai fait la plonge en restauration, de la soudure en métallurgie, ramasser les papiers dehors et ainsi de suite.»

Malgré sa motivation, Jonathan se plaint de recevoir «des refus, des refus, des refus... Pourquoi ? je ne sais pas. Est ce que je suis maudit ? Je ne sais pas», confie-t-il. Le jeune homme juge durement l'intervention de Macron. «Il n'est pas du tout dans la réalité, il est complètement à côté de la plaque. Il est encore dans le monde des Bisounours. Il est là, il rêve. Il est président mais il ne s'occupe pas des personnes qui sont au chômage, il ne s'occupe pas de tout ça.»

Malgré tout, Jonathan a confié à BFMTV avoir pris la décision de suivre les conseils du président et d'aller donner son CV à Montparnasse. Pour voir s'il suffit vraiment de «traverser la rue» pour pouvoir travailler.