Immigration: La voie terrestre privilégiée par les migrants pour entrer en Europe

FLUX MIGRATOIRES Selon une agence de l'ONU, 74.500 migrants sont arrivés en Europe en passant par la Méditerranée, contre près de 129.000 l’an dernier à la même période...

20 Minutes avec AFP

— 

Des migrants afghans en Grèce en août 2018.
Des migrants afghans en Grèce en août 2018. — Aris MESSINIS / AFP

La route des migrants venus d’Afrique et du Moyen-Orient varie en fonction du contexte politique rencontré pendant leur migration. Face aux difficultés rencontrées pour prendre la mer en Libye, quelque 18.000 migrants irréguliers sont arrivés en Europe par voie terrestre depuis janvier.

Selon les statistiques de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), plus d’un cinquième des migrants irréguliers venant en Europe arrivent par voie terrestre. « Les 17.966 arrivées par voie terrestre en Europe entre janvier et fin septembre 2018 représentent une augmentation de près de six fois par rapport aux 2.464 signalées à la même période l’année dernière », a indiqué l’OIM dans un communiqué.

Des routes très fréquentées

L’augmentation des arrivées par voie terrestre coïncide avec une baisse des arrivées par voie maritime. L’une des principales causes de ce changement vient des difficultés rencontrées en Libye et l’augmentation des patrouilles des gardes-côtes libyens. Selon l’OIM, quelque 74.500 migrants sont arrivés en Europe en passant par la Méditerranée depuis le début de l’année, contre près de 129.000 l’an dernier à la même période.

Les migrants se sont reportés sur la voie terrestre. La route Grèce-Turquie est de loin la plus fréquentée par les migrants irréguliers : les autorités y ont signalé un total de 12.166 arrivées par voie terrestre depuis le début de l’année. En comparaison, la Grèce avait enregistré pendant toute l’année 2017 quelque 5.550 arrivées par voie terrestre.

Concernant les 6.000 autres migrants irréguliers arrivés en Europe depuis janvier par voie terrestre, « la plupart » sont arrivés « à Ceuta et Melilla », deux micro-territoires espagnols enclavés dans le nord du Maroc, a déclaré un porte-parole de l’OIM, Joel Millman.

>> A lire aussi : Suède. Le Dalaï-Lama recommande d'accueillir les migrants, avant de les renvoyer «reconstruire leur pays»

>> A lire aussi : Libye. Plus de 100 morts dans le naufrage de deux bateaux de migrants

>> A lire aussi : Royaume-Uni. Un monument en hommage aux migrants et réfugiés vandalisé à Liverpool