Plan vélo: «Une rupture avec tout ce qui s’est fait jusque-là en matière de politique vélo»

INTERVIEW Olivier Schneider, président de la Fédération des usagers de la bicyclette (FUB) réagit au plan vélo annoncé ce vendredi après-midi par le Premier ministre Edouard Philippe...

Propos recueillis par Fabrice Pouliquen

— 

Un vélo en ville (illustration).
Un vélo en ville (illustration). — S. ORTOLA / 20 MINUTES
  • Le Premier ministre Edouard Philippe et son ministre de la Transition écologique François de Rugy ont annoncé ce vendredi après-midi le plan vélo destiné à promouvoir la pratique de la bicyclette en France.
  • Ce plan s’accompagne d’un fonds de 50 millions d’euros par an, bien moins donc que les 200 millions d’euros demandés par la Fédération des usagers de la bicyclette (FUB).
  • Olivier Schneider, son président, reste globalement satisfait, rappelant que c’est la première fois que le vélo se voit doté d’un fonds financé par l’Etat. Ce plan s’accompagne par ailleurs de mesures fortes à ses yeux, comme l’apprentissage systématisé du vélo avant l’entrée au collège.

Un forfait mobilité pouvant aller jusqu’à 400 euros par an pour les «vélotafeurs », un plan de lutte contre le vol et le recel de vélos, l’apprentissage systématisé du vélo avant l’entrée au collège, mais un budget moins doté que ce qu’auraient aimé les associations d’usagers de la bicyclette…

Le Premier ministre Edouard Philippe, la ministre des Transports Elisabeth Borne et le ministre de la Transition écologique François de Rugy sont à Angers (Maine-et-Loire) ce vendredi pour annoncer les 25 mesures phares du « plan vélo ». L’ambition ? Tripler la part modale du vélo [nombre de trajets faits en vélo sur 100 voyages] en France, de 3 % aujourd’hui à 9 % d’ici 2024.


Olivier Schneider, président de la FUB (Fédération des usagers de la bicyclette) très engagée à l’automne dernier lors des Assises de la mobilité qui ont inspiré ces 25 mesures, attendait depuis longtemps l’annonce de ce plan vélo, maintes fois repoussée. Satisfait ? Il répond aux questions de 20 Minutes.

Vous demandiez un fonds vélo doté de 200 millions d’euros par an, ce sera finalement 350 millions d’euros sur sept ans, soit 50 millions d’euros par an. C’est le principal point noir de ce plan vélo ?

J’aurais préféré avoir ces 200 millions d’euros par an, tout comme j’aurais souhaité que ce nouveau forfait mobilité, qui remplace l’indemnité kilométrique vélo, soit tout de suite obligatoire et cumulable avec le dispositif transport en commun, qui oblige l’employeur à prendre en charge 50 % des frais de transport public de ses salariés. Mais cela fait 15 ans que la FUB et d’autres associations se battent pour promouvoir en France le vélo et cela fait 15 ans que nous n’avons jamais obtenu le moindre financement de l’État. Cette fois-ci, nous avons l’assurance d’avoir ce fonds vélo doté de 50 millions d’euros par an plus l’annonce d’autres mesures très fortes comme l’apprentissage systématisé du vélo avant l’entrée au collège. Ce plan est en rupture avec tout ce qui s’est fait jusque-là. Sous la présidence précédente, j’avais demandé un fonds de 100 millions d’euros sur cinq ans pour promouvoir le vélo. On m’avait répondu : « vous êtes fou ».

Cela reste trop peu 50 millions d’euros par an ?

Oui, c’est trop peu. Promouvoir la pratique du vélo nécessitera par exemple de résorber les coupures urbaines, toutes ces ruptures dans les pistes cyclables actuelles qui vous dissuadent de prendre le vélo. Autrement dit, il faudra faire des passerelles, des tunnels, réaménager des carrefours… Cela ne tient pas dans une enveloppe de 50 millions d’euros. Tout mon espoir désormais est que le gouvernement se rende compte dès 2019, dès les premiers chantiers engagés, que le budget ne suffit pas et qu’il doit être revu à la hausse. Mais engageons déjà les premiers 50 millions d’euros l’an prochain… L’urgence est là en France. On n’a jamais encore lancé un tel plan vélo et cela me semble relativement normal qu’il ne soit pas tout de suite bien calibré.

Quelles sont les mesures fortes de ce plan vélo ?

Le forfait mobilité durable, qui remplace l’indémnité kilométrique vélo (IKV), en est une. Cette IKV n’a pas eu le succès escompté parce que sans doute trop compliquée. C’est du moins l’écho que nous avions de nombreuses entreprises. L’indemnisation devait se faire à hauteur du nombre de kilomètres parcourus [0,25 euro par km parcourus). Cela nécessitait théoriquement pour l’employeur de pointer chaque mois le nombre de kilomètres fait par chacun des salariés. Cela fait beaucoup de paperasse pour des montants très faibles. L’avantage du forfait est que le salarié n’aura plus qu’à déclarer qu’il se rend au travail à vélo pour toucher une indemnité fixée selon la convention collective. Jusqu’à 400 euros par an dans le privé donc et 200 euros dans le public. Je regrette encore une fois qu’il ne soit pas obligatoire ni cumulable avec d’autres dispositifs d’aide. Mais ce forfait mobilité durable est tout de même ouvert au covoiturage, une façon de montrer que le vélo ne s’oppose pas aux autres modes alternatifs à l’autosolisme. Par ailleurs, l’Etat montre l’exemple en instaurant dès 2020 ce forfait mobilité de 200 euros par an pour les fonctionnaires.

L’apprentissage systématisé du vélo avant l’entrée au collège est une autre mesure très forte de ce plan vélo. Elle sera difficile à mettre en œuvre. Le gouvernement a choisi de mettre l’accent sur cette mesure dans le plan vélo. Il faudra former 900.000 élèves par an et quand on dit « former », ce n’est pas une heure de blabla mais plusieurs séances d’apprentissage sur le vélo. Où trouver les formateurs ? Comment fournir les bicyclettes ? Où les stationner ? Crée-t-on des pistes d’apprentissage ?

Ce plan vélo se découpe en quatre axes : la sécurité et la résorption de coupures urbaines, la lutte contre le vol de vélos, les incitations financières et le développement d’une culture vélo… Lequel vous semble être prioritaire ?

Ces quatre axes doivent être menés de front. Ce serait absurde de hiérarchiser. La priorité est d’insuffler une dynamique. Ce « plan vélo », c’est d’une certaine façon pour le gouvernement de mettre tout le monde sur la table et dire : « Nous, Etat, voilà ce qu’on a fait ou ce qu’on va faire. A vous employeurs, syndicats, salariés, citoyens, de faire chacun votre part du travail ».

Il reste encore beaucoup de travail aux associations des usagers de la bicyclette pour promouvoir le vélo en France ?

C’est certain. Ce plan vélo nous donne l’espoir à la FUB qu’on avance vers quelque chose qui servira l’intérêt général. Mais l’aboutissement n’est pas aujourd’hui, au contraire. Il faudra veiller à ce que ces 50 millions d’euros soit dépensés correctement, que les mesures annoncées ce vendredi se traduisent par des amendements déposés devant le Parlement. Or c’est une de nos inquiétudes aujourd’hui : quel sera exactement le dispositif de suivi de ce plan vélo ? Le Premier ministre n’aurait pas souhaité qu’il y ait un délégué interministériel estimant qu’il y en a trop aujourd’hui. Mais rien n’indique non plus qu’un comité de suivi soit prévu.

>> A lire aussi : Paris: Des caméras pour verbaliser les véhicules qui empruntent les pistes cyclables

>> A lire aussi : Plan vélo: Le gouvernement dévoile ses propositions ce vendredi