Le Mans: Les deux mères mobilisées pour leurs enfants handicapés sont descendues de la grue

HANDICAP Cette nuit, deux mères de famille sont montées au sommet d'une grue, en centre-ville du Mans. Elles sont redescendues, vers 19h...

J.U.

— 

Un grue (illustration)
Un grue (illustration) — THOMAS COEX

Retranchées pendant plus de 15 heures, elles sont finalement redescendues, ce jeudi vers 19h. Dans la nuit de mercredi à jeudi, deux mères de famille étaient montées en haut d’une grue de la place de la République, en centre-ville du Mans. Leur action visait à alerter les autorités sur la situation des enfants handicapés qui ne peuvent pas suivre leur scolarité. Elles ont été en partie entendues.

Maman d’un garçon autiste de 12 ans, avec un grand retard de langage, l’une de ses femmes témoignait cette nuit sur sa page Facebook. « Depuis 2013, mon fils est inscrit sur une liste d’attente. En attendant la libération d’une place, il est dans un IME non adapté ». « Nous sommes abandonnés par les pouvoirs publics, tout le monde se renvoie la balle », racontait celle qui a déjà participé à une action similaire, en novembre dernier à Paris.

Rediscuter le projet thérapeuthique

Selon l'une de ses proches, cette femme n'a ce soir pas obtenu de place en tant que telle, mais «l'assurance que les professionnels nécessaires à la prise en charge de son fils seront mobilisés, comme par exemple une psychologue comportementale». La préfecture, annonce, de son côté, qu'«il lui a été proposé de rediscuter le projet thérapeutique de son fils, ce qu’elle a accepté».

L'autre maman (dont le garçon est âgé de 22 ans), qui n'avait pas de revendication précise, «a souhaité à travers cette action sensibiliser sur le développement d’entreprises inclusives afin de permettre aux personnes en situation de handicap de trouver plus facilement du travail», continue la préfecture. « Monsieur Macron il faut agir vite. Pas de structures adaptées. 11 000 enfants sans AVS » (auxiliaires de vie scolaire), était-il écrit sur une banderole, accrochée à plus de 40 mètres de haut. Le handicap avait été affichée comme une priorité du président Macron.