VIDEO. Précarité alimentaire: Un Français sur cinq n'arrive pas à s'alimenter correctement

PAUVRETE Pour les personnes en situation de pauvreté, manger sainement est plus compliqué...  

Nils Wilcke

— 

Les restos du cœur à Liévin
Les restos du cœur à Liévin — BAZIZ CHIBANE/SIPA

Manger cinq fruits et légumes par jour, varier les menus... Suivre ces conseils de nutrition officiels peut s'avérer bien difficile quand on n'arrive pas à boucler ses fins de mois. C’est ce que montre l'édition 2018 du Baromètre Ipsos-Secours populaire français sur la pauvreté dans l’Hexagone, qui vient de paraître.

Selon cette étude réalisée en juin dernier, 48 % des foyers les plus modestes (qui perçoivent moins de 1 200 euros net par mois) assurent avoir du mal à s’offrir les trois repas recommandés par jour. 

Ce phénomène de précarisation, qui touche également d'autres postes de dépenses comme la santé et les loisirs, est devenu source d’inquiétude face à l’avenir : l’étude révèle qu’une immense majorité des interrogés (81 %) estime les risques que leurs enfants connaissent un jour la pauvreté, plus élevés que pour eux.

>> A lire aussi : Loire-Atlantique: «De plus en plus de précarité», alerte le Secours catholique

>> A lire aussi : Journée du refus de la misère: Comment se nourrit-on lorsque l’on est pauvre?