VIDEO. Strasbourg: La ZAD contre le projet autoroutier du GCO évacuée par les gendarmes, premières destructions

INTERVENTION Installés depuis plus d’un an dans une clairière de la forêt de Kolbsheim en opposition au projet autoroutier de Grand contournement Ouest de Strasbourg (GCO), les occupants de la ZAD du Moulin ont été évacués…

Bruno Poussard et Gilles Varela

— 

Des opposants au projet autoroutier du Grand contournement Ouest de Strasbourg bloqués par des gendarmes à proximité de la ZAD de Kolbsheim. Lancer le diaporama
Des opposants au projet autoroutier du Grand contournement Ouest de Strasbourg bloqués par des gendarmes à proximité de la ZAD de Kolbsheim. — G. Varela / 20 Minutes.
  • Annoncée, l'évacuation de ZAD de Kolbsheim, en opposition au projet de Grand contournement Ouest de Strasbourg, est intervenue ce lundi.
  • Les forces de l'ordre sont arrivées un peu après 5h, des gaz lacrymogènes ont été utilisés tandis que quelques gendarmes auraient reçu un peu de peinture.

L’alerte a été donnée avant 5h. A la faveur de premiers véhicules des forces de l’ordre observés à Kolbsheim (Bas-Rhin), les cloches de l’église du village ont retenti. Annoncée, l’évacuation de la ZAD du Moulin est intervenue ce lundi aux aurores en vue de travaux du projet autoroutier de Grand contournement Ouest de Strasbourg (GCO). Dix vérifications d'identité ont été effectuées, mais personne n'a été interpellé.

 

Arrivés par la commune voisine d’Ernolsheim pendant le survol d’un hélicoptère, des escadrons de gendarmes mobiles ont vite quadrillé la zone. Peu après, la majorité des occupants a été évacuée de l’enceinte de la ZAD ou du moulin accolé par une charge et des gaz lacrymogènes. « On a voulu s’approcher des barricades, mais on s’est fait gazer », témoigne à 20 Minutes un militant arrivé entre-temps.

Les gendarmes mobiles quadrillent la zone autour de la ZAD du GCO près de Strasbourg.
Les gendarmes mobiles quadrillent la zone autour de la ZAD du GCO près de Strasbourg. - G. Varela / 20 Minutes..

Des gendarmes arrivés un peu après 5h ce lundi

Sur la route départementale en provenance de Strasbourg, des contrôles ont été vite instaurés par les gendarmes. Sur place, les chemins pouvant mener vers la ZAD sont bloqués. Plusieurs élus écologistes de l’agglomération strasbourgeoise sont aussi présents. « Le secrétaire de la préfecture présent a dit qu’il fallait repousser tout le monde, même les élus », décrit Dany Karcher, maire de Kolbsheim.

Des « dispersez-vous » ont fait face à des « résistances » lors de l’intervention des 515 gendarmes mobilisés dont certains auraient reçu un peu de peinture. Sur la ZAD, quelques derniers opposants sont restés un peu plus longtemps dans les arbres. « Les opérations se déroulent sans incident, annonce la préfecture. Les occupants irréguliers ont été écartés, les constructions illégales sont en cours de démolition. »

Des militants rassemblés dans le centre du village, plus haut

« Il n’y a pas eu de discussion », regrettent à l’unisson plusieurs militants près des lieux. Soit évacués, soit dans l’impossibilité d’approcher, les militants ont pris l’initiative de se regrouper dans le centre du village vers la mairie, située plus en hauteur de la ZAD en pleine forêt. Le premier édile, justement, s’insurge : « Deux recours judiciaires sont encore en cours, ne pas avoir attendu est scandaleux, on ne comprend pas. »

Dany Karcher, maire de Kolbsheim, un peu après l'évacuation de la ZAD.
Dany Karcher, maire de Kolbsheim, un peu après l'évacuation de la ZAD. - G. Varela / 20 Minutes.

Un peu après 8h, certains opposants ont pris l’initiative de retourner en direction de la ZAD par des chemins détournés. Un groupe a réussi à l’atteindre par l’arrière, mais ces militants ont été bloqués par des gendarmes. Le maire de Pfettisheim, autre commune concernée par le tracé du GCO et des médias ont pénétré sur les lieux où la situation est calme. L’édile a tenté de savoir quand les déboisements doivent débuter, en vain.

Des pelleteuses et des géomètres déjà sur les lieux

Après l’expulsion des derniers zadistes dans les arbres, leurs constructions seront détruites logiquement dans la journée. Les barricades situées sur le principal chemin d’entrée l’ont déjà été en tout début de journée. Des pelleteuses présentes doivent, elles, servir au terrassement. Tandis que des géomètres ont quant à eux déjà pénétré dans la forêt en vue des futurs travaux préparatoires.

Fin août, le préfet de la région Grand Est, Jean-Luc Marx, a signé deux arrêtés attendus pour le début des travaux du GCO par Arcos, une filiale du groupe Vinci, et la Sanef. Un nouveau projet autoroutier imaginé dès les années 1970 pour contourner, encore plus à l’Ouest de l’A35 déjà existante, la ville de Strasbourg et tenter de remédier aux problèmes de circulation.