Les obsèques du caporal Noyer se sont déroulées en présence des parents de Maëlys

HOMMAGE Nordahl Lelandais est soupçonné d'avoir assassiné le jeune caporal de 23 ans...

D.B. avec AFP

— 

Un portrait d'Arthur Noyer devant la cathédrale de Bourges, le 7 septembre 2018, jour de ses obsèques. Photo by GUILLAUME SOUVANT / AFP.
Un portrait d'Arthur Noyer devant la cathédrale de Bourges, le 7 septembre 2018, jour de ses obsèques. Photo by GUILLAUME SOUVANT / AFP. — AFP

Des monceaux de fleurs et une haie d’honneur formée par ses camarades du 13e Bataillon de chasseurs alpins (BCA). Les obsèques d’Arthur Noyer, que l’ancien militaire Nordahl Lelandais est soupçonné d’avoir assassiné, ont été célébrées ce vendredi à la cathédrale de Bourges (Cher) en présence des parents de la petite Maëlys, autre victime présumée de Lelandais.

L’assistance portait du vert, en hommage au caporal

Didier et Cécile Noyer ses parents et son frère Quentin avaient demandé aux personnes se sentant proches d’Arthur de revêtir une touche de vert, la couleur préférée du jeune homme. Une feuille d’arbre verte, en plastique, ainsi qu’une petite rose verte en papier crépon avaient été distribuées à l’entrée de la cathédrale.

« Tu seras toujours mon étoile. Arthur, mon fils, je suis fier de toi et j’espère être digne de toi », a déclaré Didier Noyer au début de la cérémonie. Cécile Noyer, sa mère, a aussi ému l’assemblée en déclarant à son fils : « Je te promets d’être une guerrière et je me battrai ». La cathédrale était comble et beaucoup de personnes ont laissé un mot dans le livre de condoléances.

Les circonstances de sa mort encore floues

Arthur Noyer avait disparu dans la nuit du 11 au 12 avril 2017 après une soirée dans le centre-ville de Chambéry, à quelques kilomètres de sa caserne de Barby. Des restes du crâne de la victime avaient été découverts sur un chemin de randonnée en septembre à Cruet, commune de Savoie située au pied du massif des Bauges et proche de Montmélian, à une vingtaine de kilomètres de Chambéry. D’autres ossements y ont été découverts depuis.

Mis en examen en décembre pour l’assassinat du jeune militaire, Nordahl Lelandais a avoué en mars l’avoir pris en stop le soir de sa disparition. Après avoir nié être à l’origine de la mort du jeune homme, rencontré en fin de soirée festive en avril 2017 à Chambéry, Nordahl Lelandais a reconnu fin mars lui avoir porté des coups ayant entraîné une «chute» mortelle. Il a fait état d’une bagarre entre eux avec des échanges de coups réciproques.

>> A lire aussi : D'Arthur Noyer à Maëlys, Nordahl Lelandais avance des scénarios de morts accidentelles

>> A lire aussi : Affaire Maëlys: Plus de 250 personnes défilent un an après le drame