C’est l’heure du BIM: Rentrée de Macron, round judiciaire Booba-Kaaris et «résistance» à la Maison Blanche

ACTUALITES « 20 Minutes » compile pour vous les infos qu'il ne faut pas manquer ce matin dans votre Bulletin d'information matinal (BIM)...

M.C.

— 

Emmanuel Macron a reçu le gouvernement remanié ce mercredi.
Emmanuel Macron a reçu le gouvernement remanié ce mercredi. — Jacques Witt/SIPA

Vous avez manqué les infos de ce début de matinée ? On vous a concocté un récap' pour vous aider à y voir plus clair.

Gouvernement : Photo de classe, rumeurs… Trois choses à savoir sur la rentrée d’Emmanuel Macron et de ses ministres

« Une rentrée, ce n’est jamais complètement simple… » Edouard Philippe esquisse un sourire en coin. A la sortie du Conseil des ministres et du séminaire gouvernemental ce mercredi, le Premier ministre s’est voulu rassurant. Les démissionnaires Hulot et Flessel ont été remplacés et l’exécutif a tranché sur le prélèvement de l’impôt à la source. La rentrée peut donc démarrer, deux semaines après le retour de vacances des ministres.

>> A lire aussi : Impopularité record pour Macron et Philippe, selon un nouveau sondage

Rixe à Orly : Jugés ce jeudi, Booba et Kaaris risquent gros pour leur bagarre de « cour de récréation »

En juin, Booba a passé quatre heures à raconter sa vision du monde à un journaliste de M Le magazine du Monde. « Le rap est une cour de récréation, les clashs, c’est aussi bête que cela. (…) Et de toute façon, c’est pas moi qui ai commencé ! », résumait-il alors. Le rappeur de 41 ans – Elie Yaffa de son vrai nom – devrait tenir, à peu près, le même discours, ce jeudi, devant le tribunal correctionnel de Créteil (Val-de-Marne).

« Je fais partie de la résistance » à Trump, le témoignage choc d’un employé de la Maison Blanche

Trahi par l’un des siens. Mercredi, le New York Times a publié une tribune anonyme au vitriol d’un haut responsable de l’administration Trump. Son auteur assure qu’il fait partie de la « résistance » et qu’il lutte de l’intérieur, avec d’autres, contre les « pires penchants » du locataire de la Maison Blanche. Alors que le tout Washington tente de démasquer l’auteur, Donald Trump a dénoncé l’acte « d’un lâche ». Et il a tweeté un mot, en majuscules : « TRAHISON ? », appelant ensuite la New York Times à « livrer [l’auteur] au gouvernement, au nom de la sécurité nationale ».