VIDEO. Prélèvement à la source: Edouard Philippe annonce le maintien de la mesure au 1er janvier 2019

IMPOTS La décision a été prise ce mardi à l'issue d'une réunion entre Emmanuel Macron, Edouard Philippe et le ministre de l'Action et des Comptes publics Gérald Darmanin...

20 Minutes avec AFP

— 

Edouard Philippe à l'université d'été du Medef en 2018.
Edouard Philippe à l'université d'été du Medef en 2018. — ROMUALD MEIGNEUX/SIPA

« Nous avons eu des garanties ». Edouard Philippe a annoncé ce mardi sur TF1 le maintien du  prélèvement à la source. La décision a été prise ce mardi à l’issue d’une réunion organisée en fin de matinée entre le Premier ministre, Emmanuel Macron et le ministre de l’Action et des Comptes publics, Gérald Darmanin.

Selon la présidence, la rencontre, organisée à l’Elysée, a duré une heure et demie et la discussion a été « intense ». Au cours de ces échanges, le président a « demandé des clarifications » à Gérald Darmanin, chargé de la réforme, et a « identifié des améliorations possibles ». « Nous avons travaillé d’arrache-pied depuis des mois pour faire en sorte que cela soit possible », a déclaré le chef du gouvernement.

Une vaste campagne pour rassurer

La réforme du prélèvement à la source, lancée par François Hollande, consiste à prélever les impôts directement sur les salaires et les pensions. Ce « big bang fiscal », qui concerne près de 38 millions de foyers fiscaux, a déjà été retardé d’un an après l’élection d'Emmanuel Macron.

Une vaste campagne de communication a été lancée voilà dix jours, avec la diffusion de spots publicitaires à la télévision et sur internet, pour un montant de dix millions d’euros. Au-delà de cette campagne, de lourds efforts ont été engagés pour mettre au point la réforme. Selon Bercy, 40.000 agents ont été formés pour répondre aux questions des contribuables, et près de 195 millions d’euros ont été investis pour préparer le nouveau dispositif.

Une réforme plutôt populaire

«On aura, ici ou là, des petites difficultés en janvier prochain, c'est normal», mais «il n'y aura pas de bug systématique», a assuré Gérald Darmanin. Le ministre des Comptes publics assure que les problèmes rencontrés par les contribuables avec la réforme seraient «très largement inférieurs aux difficultés» qu'ils peuvent connaître aujourd'hui.

La question est d’autant plus sensible que la réforme semble populaire : selon un sondage Odoxa pour BFM Business, Challenges et Aviva Assurances, publié mardi soir, 63 % des Français interrogés y sont favorables, même s’ils ne sont qu’une faible majorité à imaginer une mise en place au 1er janvier.

>> A lire aussi : Prélèvement à la source. Des centaines de milliers d'erreurs lors de la phase d'essai

>> A lire aussi : Prélèvement à la source. Pourquoi syndicats et contribuables sont encore inquiets

>> A lire aussi : Impôt à la source. Darmanin annonce un report pour les salariés de particuliers