Antilles françaises: Un an après le passage de l’ouragan Irma, racontez-nous la situation sur place

VOUS TEMOIGNEZ Racontez-nous votre quotidien à Saint-Barthélemy ou à Saint-Martin, un an après le passage dévastateur de l’ouragan…

C.P.

— 

L'Oyster Pond de Saint-Martin, le 25 juillet 2018, près d'un an après le passage dévastateur de l'ouragan Irma.
L'Oyster Pond de Saint-Martin, le 25 juillet 2018, près d'un an après le passage dévastateur de l'ouragan Irma. — Amblard Florianne/SIPA

Les 5 et 6 septembre 2017, l’ouragan Irma, d’une intensité sans précédent sur l’Atlantique, a dévasté les Caraïbes, faisant notamment onze morts à Saint-Martin, occasionnant 25.600 sinistres et endommageant à divers degrés 95 % du bâti dans les deux îles pour un coût total estimé à 1,9 milliard d'euros.

Un an après la reconstruction se fait lentement, notamment à Saint-Martin, en raison de l’ampleur des dégâts, la division du territoire entre les parties française et néerlandaise, la taille de l’île (qui comptait 35.000 habitants en partie française avant l’ouragan contre 9.500 à Saint-Barth), et la situation fragile en termes socio-économiques et d’urbanisme, explique Philippe Gustin, délégué interministériel à la reconstruction et préfet de Guadeloupe.

Vous vivez ou avez résidé récemment à Saint-Martin ou à Saint-Barthélemy ? Quelle est la situation sur place un an après le passage de l’ouragan ? Votre quotidien est-il toujours perturbé par les dégâts causés par Irma ? Avez-vous été indemnisé par les assurances ? Recevez-vous une assistance particulière ?

>> Vous pouvez envoyer votre témoignage par mail à contribution@20minutes.fr ou dans les commentaires ci-dessous. Vos contributions pourront servir à la rédaction d’un article.

>> A lire aussi : Un an après l'ouragan Irma, Saint-Martin poursuit sa lente reconstruction

>> A lire aussi : Outre-mer: L'ouragan Irma est la catastrophe naturelle la plus coûteuse de l'histoire de l'assurance

>> A lire aussi : Antilles: Un an après l'ouragan Irma, Emmanuel Macron se rendra fin septembre sur place