Harcèlement au travail: Pôle emploi dans le viseur de la justice après le suicide d’une employée

ENQUETE En 2012, la conseillère de Pôle emploi Aurore Moësan se suicide. La famille pense qu’elle a notamment subi les conséquences de mauvaises conditions de travail. L’ancien employeur est visé pour homicide involontaire…

R. G.-V.

— 

Pôle emploi est visé par une information judiciaire après le suicide d'une employée.
Pôle emploi est visé par une information judiciaire après le suicide d'une employée. — NICOLAS MESSYASZ/SIPA

L’histoire fait penser à celle qu’à connu France Télécom et sa vague de suicide, au tournant des années 2010. Les conditions de travail d’Aurore Moësan, conseillère Pôle emploi, ont-elles poussé à son suicide, le 27 octobre 2012, à l’âge de 32 ans ? C’est ce que pense sa famille. France Info révèle ce mardi que l’ancien employeur est visé, depuis plus de quatre ans, par une information judiciaire pour harcèlement moral, mise en danger délibérée de la personne d’autrui, non-assistance à personne en danger, homicide involontaire et conditions de travail contraires à la dignité de la personne.

La mère de la victime, Nelly Moësan, affirme que sa fille a été, notamment, la victime de pression, de surmenage et de conflits avec sa hiérarchie. Pour preuve, de nombreuses correspondances retrouvées, avec la hiérarchie et des représentants syndicats, avec qui Aurore Moësan, qui travaillait en Seine-Saint-Denis, était en contact, jusque dans les derniers jours de sa vie.

17 suicides évoqués

En cause, le rapprochement entre l’ANPE et l’Assedic, sous le mandat de Nicolas Sarkozy, en 2008. C’est la fusion, et les méthodes de management qui en ont découlé, qui sont pointées du doigt. Eric Morain, l’avocat de la famille, assure que « seul comptait cette marche forcée post-fusion ». L’avocat parle aussi d’une volonté de la direction de ne pas voir le mal-être au travail chez ses collaborateurs.

Car, si le cas d’Aurore Moësan est désormais médiatisé, il ne serait absolument pas isolé. Le syndicat CFTC emploi, contacté par les journalistes de France Info, évoque même 17 suicides : « Depuis près de cinq ans, les conditions de travail au sein de l’établissement Pôle emploi ne cessent de se dégrader au point de devenir dangereuses pour la santé des agents. » L’employeur, de son côté, n’a pas souhaité faire de commentaires sur une information judiciaire en cours.