17 ans après sa sortie, «Le guide du zizi sexuel» avec Titeuf est au coeur d’une intox

FAKE OFF Sorti en 2001, « Le guide du zizi sexuel », un ouvrage co-réalisé par Zep, l'auteur de Titeuf et Helen Bruller est présenté (à tort) comme un « manuel scolaire »...

Alexis Orsini

— 

La couverture du Guide du zizi sexuel, paru en 2001 et écoulé à plus d'un million d'exemplaires.
La couverture du Guide du zizi sexuel, paru en 2001 et écoulé à plus d'un million d'exemplaires. — Zep et Hélène Bruller
  • Une intox populaire sur les réseaux sociaux reprend un extrait du « Guide du zizi sexuel » de Zep, créateur de Titeuf, et d'Hélène Bruller.
  • Il est présenté comme une prétendue « recommandation» du rectorat de Paris à destination des élèves de primaire.
  • Il s'agit en réalité d'une intox, démentie à «20 Minutes» par le rectorat de l'académie de Paris.

Titeuf, bientôt porte-parole de l’éducation sexuelle à l’école ? C’est ce qu’on pourrait croire à condition de prendre au sérieux une rumeur populaire sur les réseaux sociaux ces derniers jours.

Ce message, prétendument signé d’une enseignante, affirme : « Je suis institutrice dans une classe de 10-eme [le CE1] en région parisienne, voici 2 extraits d’un livre que le Rectorat "recommande fortement pour l’éveil des élèves" ».

Il s’accompagne d’illustrations pédagogiques représentant un rapport sexuel entre un homme et une femme. Or, contrairement à ce qu’affirme le texte – tweeté notamment par l’élue LREM Agnès Cerighelli –, il ne s’agit nullement d’un livre recommandé par le rectorat de Paris… et encore moins d’un « manuel scolaire pour nos bambins » comme l’écrit le site d’extrême droite Réseau libre.

L’ouvrage en question n’est autre que Le guide du zizi sexuel, un livre paru chez Glénat en septembre 2001 et vendu à plus d’un million d’exemplaires. Réalisé par Zep, le créateur de Titeuf, et par Hélène Bruller, il vise à répondre, sur un ton décalé et souvent humoristique propre à l'univers de Titeuf, aux questions des 9-13 ans sur leur découverte de l’amour et de la sexualité.

FAKE OFF

Contacté, le rectorat de l’académie de Paris affirme « avoir autre chose à faire », en cette période de rentrée, que « de commenter ce genre d’imbécilités » mais indique toutefois : « Nous voyons refleurir ces derniers jours, à la faveur du travail entrepris par le ministre de l'Education nationale [Jean-Michel Blanquer] et la secrétaire d'État pour l'égalité entre les femmes et les hommes [Marlène Schiappa] pour rendre effectives les trois séances annuelles d'éducation à la vie affective et sexuelle […] les mêmes intox et fake news qui avaient circulé en 2014. »

« L'instrumentalisation de la BD de Zep n'est pas nouvelle non plus » précise l’institution. En 2014, l’exposition « Zizi sexuel », de retour à la Cité des sciences sept ans après sa première tenue – avait en effet suscité son lot d’opposition, sous la forme d’une pétition lancée par l’association SOS Education, qui s’indignait que des sorties scolaires y soient organisées.

Jérôme Lambert, secrétaire départemental (75) du Syndicat national unitaire des instituteurs et des professeurs des écoles (SNUIPP), précise pour sa part : « Nous n’avons reçu aucune recommandation du rectorat sur l’utilisation de cet ouvrage. » Il précise en outre : « Cet ouvrage n’a rien de pornographique, il est adapté aux enfants, en respectant évidemment l’âge indiqué et en l’utilisant de manière intelligente et professionnelle, comme n’importe quel outil pédagogique ».

« Le retour des obscurantistes »

Si l’identité du (ou des) auteur(s) de la rumeur de ces derniers jours reste inconnue, Rémy Sirvent, responsable Laïcité/Société au sein du syndicat enseignant SE-UNSA, dresse un parallèle avec les intox de l’époque : « On voit, depuis les déclarations de Marlène Schiappa en juillet, le retour des obscurantistes qui oeuvraient à l’époque de l’ABCD de l’égalité. »

Le seul lien établi entre l’éducation nationale et le travail de Zep et d’Hélène Bruller figure sur Educasources, l’annuaire de « ressources numériques en ligne pour les enseignants ». L’ouvrage listé sur cet outil est toutefois d’une nature particulière, comme le précise Rémy Sirvent : « Il ne s’agit pas du Guide du zizi sexuel mais d’une adaptation réalisée après la tenue de l’exposition. Il est disponible en ligne et existe dans certains CDI.  »

Le guide du zizi sexuel au coeur d’une autre intox… au Brésil

Face à la viralité de telles intox, la Cité des sciences pourrait-elle réorganiser l’exposition « Zizi sexuel » de manière permanente, comme cela lui a été suggéré sur Twitter ? L’établissement public indique qu’un tel projet n’est pas prévu. Il précise en outre à 20 Minutes que « l’exposition ne sera pas reprise » – ce qui paraîtrait d’autant plus improbable que ses pièces ont été détruites en 2016, comme le rapportait à l’époque le Journal du centre.

Reste que Le guide du zizi sexuel continue d’alimenter de fausses rumeurs, y compris à l’étranger. Au Brésil, le candidat d’extrême droite Jair Bolsonaro en a récemment brandi un exemplaire à la télévision nationale, en l’accusant de faire partie d’un prétendu « kit gay » de l’Education nationale à destination des enfants.

Conscient des attaques récurrentes contre son ouvrage, Zep confiait à cette occasion au média suisse Le Matin : « Je n'ai pas connaissance d'un pays où il serait un manuel officiel. En revanche, je sais que certains profs s'en servent et qu'il figure dans des bibliothèques scolaires. »

Et l'auteur de Titeuf de conclure : « Je trouve plutôt sain qu'il suscite des réactions. Il y a toujours des personnes qui veulent que l'enfance reste un espace d'innocence où certaines informations doivent être exclues. Je ne suis pas de cet avis. »