Éducation sexuelle en maternelle: Marlène Schiappa dément et dénonce une «fake news»

ENSEIGNEMENT Ces rumeurs proviennent « de tracts imprimés on ne sait pas par qui et de fausses vidéos publiées sur des sites conspirationnistes »…

20 Minutes avec agences

— 

Marlène Schiappa, le 26 juillet 2018 dans son bureau à Paris.
Marlène Schiappa, le 26 juillet 2018 dans son bureau à Paris. — ERIC DESSONS/JDD/SIPA

Non, les élèves de maternelle n’auront pas droit à des cours d’éducation sexuelle en France. Marlène Schiappa s’est insurgée ce mardi contre cette fake news selon laquelle les enfants « apprendront la masturbation » dès le plus jeune âge.

« Il est hors de question d’enseigner ni la masturbation, ni aucune pratique sexuelle à des enfants, et encore moins à 4 ans », a déclaré la secrétaire d’État à l’Égalité entre les femmes et les hommes lors d’un Facebook Live. « Attention, il y a des documents qui circulent qui ne sont pas vrais ».

Enseigner l’égalité et le respect du corps humain

Selon elle, ces « fausses informations », « sans source », émanent « de tracts imprimés on ne sait pas par qui et de fausses vidéos publiées sur des sites conspirationnistes ». Les argumentaires présentés étaient selon elle « déjà utilisés contre Najat Vallaud-Belkacem ».

La secrétaire d’État a appelé les parents à ne croire que leur établissement, l’équipe éducative, les préfectures et la loi. En juillet, Marlène Schiappa avait annoncé l’envoi aux recteurs d’une circulaire pour la mise en œuvre de la loi de 2001. Ce texte prévoyait trois séances annuelles d’éducation à la sexualité de l’école au lycée, pour apprendre le « respect dû au corps humain » et acquérir une « vision égalitaire » des relations femmes-hommes.

Une enquête, menée en 2015 auprès de 3.000 établissements scolaires par le Haut conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes (HCE), a montré que cette loi n’était pas systématiquement mise en œuvre: 25 % des écoles répondantes déclaraient n’avoir mis en place aucune action ou séance.

>> A lire aussi : Éducation sexuelle: Une rumeur sur les cours à l'école refait surface sur internet

>> A lire aussi : «Les hommes doivent comprendre qu’ils ont tout à gagner dans le féminisme»