Marseille: Opération de relevage du TGV toujours en cours, l’enquête se poursuit

DERAILLEMENT Un TGV a déraillé vendredi soir lors de son arrivée en gare de Marseille Saint-Charles…

A.M. avec AFP

— 

Un TGV en provenance de Paris a déraillé peu avant son arrivée à faible vitesse à la gare de Marseille Saint-Charles le vendredi 24 août 2018.
Un TGV en provenance de Paris a déraillé peu avant son arrivée à faible vitesse à la gare de Marseille Saint-Charles le vendredi 24 août 2018. — Adrien Max/20Minutes
  • Les opérations de relevage des wagons du TGV qui a déraillé vendredi soir en gare Saint-Charles se poursuivent ce lundi.
  • Conséquence des opérations de relevages et des enquêtes en cours, le trafic des TER devrait rester perturbé jusqu’à ce vendredi.
  • Le trafic des trains grandes lignes (TGV, OUIGO et Intercités) est quant à lui normal.

Le trafic est revenu quasiment à la normale en gare Saint-Charles à Marseille, mais les opérations de relevage se poursuivent. Une trentaine de techniciens se relayent depuis vendredi soir afin de relever les deux wagons du TGV qui a déraillé aux alentours de 18h, à son arrivée en gare Saint-Charles. Près de 350 personnes étaient à son bord, mais l’incident survenu à une vitesse de 27 km/h n’a, heureusement, fait aucun blessé.

Ce lundi, le trafic des trains grandes lignes (TGV, OUIGO et Intercités) est normal. A noter que les TGV à destination ou en provenance de Nice et Toulon s’arrêtent en gare de Marseille Blancarde, et non Saint-Charles.

Retour à la normale vendredi

Le trafic TER en région Paca est néanmoins impacté du fait de la réduction du nombre de voies pour les opérations de relevages.

  • Trois trains sur quatre circulent sur la ligne Marseille-Miramas/Avignon.
  • Suppression de la navette Marseille-Aubagne, service normal sur Marseille-Toulon.
  • Via Martigues, deux allers et retours le matin et le soir sont proposés, des autocars de substitution ont été mis en place pendant la journée.
  • Le même dispositif, deux allers retours le matin et le soir et des bus de substitution la journée, a été mis en place sur la ligne Marseille-Aix-en-Provence.

Le retour à la normale est prévu vendredi matin.

Trois enquêtes

Quant aux causes du déraillement, celles-ci restent pour le moment encore inconnues. Trois enquêtes ont été diligentées, une interne à la SNCF, une autre menée par la justice et une troisième par le Bureau d’enquête sur les accidents de transport terrestre (BEA-TT).

Concernant l’enquête judiciaire, menée par la police de Marseille, « aucun élément qui caractériserait un éventuel acte de malveillance n’a pour l’heure été recueilli », a précisé dimanche à l’AFP le procureur de la République à Marseille, Xavier Tarabeux, interrogé sur les hypothèses d’un sabotage ou d’un acte terroriste.

Les enquêteurs ont par contre recueilli le témoignage d’une passagère d’un TGV en partance de Marseille au moment de l’entrée en gare du train victime du déraillement vendredi, passagère qui aurait vu une pièce tomber de la rame accidentée. « Un morceau de pièce a été retrouvé, qui pourrait correspondre [à ce témoignage], mais il faut rester très prudent », a insisté le procureur, soulignant que quand bien même ce serait le cas, ce n’est pas forcément cette pièce qui aurait entraîné le déraillement.

Le seul déraillement connu jusque-là dans l’histoire des trains à grande vitesse est celui survenu lors d’une phase de test sur la ligne entre Strasbourg et Paris sur laquelle un train avait percuté un pont à près de 243 km/h, tuant onze personnes.

>> A lire aussi : Un TGV déraille à faible vitesse à Marseille, le trafic perturbé encore samedi

>> A lire aussi : Autriche: Il prend le train avec son cheval, au milieu des autres passagers