Intox: Comment la photo d'un soldat est détournée pour faire croire à une agression

FAKE OFF Depuis deux ans, la photo d'un militaire français est détournée par des sites proches de l'extrême-droite pour faire croire qu'il a été victime d'une agression...

Mathilde Cousin

— 

Ce soldat français, qui pose en compagnie de son épouse et de sa fille, n'a pas été «attaqué par cinq racailles».
Ce soldat français, qui pose en compagnie de son épouse et de sa fille, n'a pas été «attaqué par cinq racailles». — Capture d'écran Twitter
  • En 2012, l’épouse d’un militaire français témoigne dans la presse du difficile retour à la vie civile de son mari.
  • La photo de famille qui accompagne cet article a été sortie de son contexte par des sites et des forums proches de l’extrême droite.
  • Ces sites veulent faire croire que le soldat a été agressé par cinq hommes.

L’intox vient de franchir les frontières françaises : mercredi, le compte Twitter OnlineMagazin, administré par un Allemand, s’est indigné d’une fausse tentative d’agression d’un « soldat français » par « 5 migrants ». « 5 migrants ont voulu dévaliser un soldat français et sa famille, en les menaçant avec des couteaux, écrit OnlineMagazin, qui relaie des vidéos anti-migrants et anti-musulmans. Il a mis sa famille en sécurité, puis il a cassé le nez, les côtes et brisé les dents de ces cinq racailles. » Le tweet est assorti de la photo d’un soldat français accompagné d’une femme et d’une fillette au visage flouté.

FAKE OFF

OnlineMagazin reprend et adapte un texte paru en 2016 sur le site Résistance républicaine, dont une des animatrices a été condamnée en 2014 pour provocation à la haine envers les musulmans. Ce texte, écrit par « Philippe Le Routier », soutient qu’un ancien légionnaire a défendu sa femme et ses filles contre des agresseurs décrits comme des « futurs électeurs PS sans aucun doute fraîchement naturalisés ». L’homme aurait été mis en examen pour « usage excessif de la force ».

Problème : aucun lieu, aucun nom propre, aucune date, bref aucun élément permettant d’identifier et d’authentifier le témoignage de ce soldat ne sont indiqués. Cette supposée agression semble inventée de toutes pièces. Le site Résistance Républicaine a diffusé à plusieurs reprises des informations erronées.

Le site a publié une seconde version de ce faux témoignage, quelques heures après le premier, « enrichi » de détails tous plus fantaisistes les uns que les autres : insultes des supposés agresseurs, remarque de l’avocat, épouse qui filme, blessures infligées aux agresseurs…

La photo est extraite d’un article paru en 2012

L’histoire a rencontré un certain succès sur les sites proches de l’extrême droite. On la retrouve sur une dizaine de sites et de forums. Quinze jours après la première publication, le texte est publié sur un forum dédié aux parachutistes. C’est là que la photo de famille utilisée par OnlineMagazin apparaît pour la première fois associée à ce texte. La photo a été détournée, comme l'indique Hoaxbuster : elle provient d’un article du quotidien régional La Dépêche, publié en décembre 2012. Elle montre un soldat français, de retour d’Afghanistan, posant avec sa femme et sa fille. L’article évoque le difficile retour à la vie civile de ce militaire, souffrant du « syndrome afghan ».

Ce texte plus long, associé à la photo détournée, a connu un regain de popularité sur Facebook cet été. Le 7 août, la page « Parachutistes français » a diffusé l’intox avec succès : plus de 47.000 comptes ont aimé la publication. 52.000 personnes l’ont partagée, alors que des internautes alertaient du faux dans les commentaires.

>> Vous souhaitez que l’équipe de la rubrique Fake off vérifie une info ? Envoyez un mail à l’adresse contribution@20minutes.fr.

20 Minutes est partenaire de Facebook pour lutter contre la  désinformation. Grâce à ce dispositif, les utilisateurs du réseau social peuvent signaler une information qui leur paraît fausse.