Crèmes, savons, couches... «60 Millions de consommateurs» épingle à nouveau les produits pour bébés

ENQUETE Selon «60 Millions de consommateurs», certaines marques contiennent encore du glyphosate quand d'autres ont tout de même fait des efforts pour améliorer la qualité de leurs couches...

O. G.

— 

Illustration d'un couche culotte.
Illustration d'un couche culotte. — OJO Images / Rex Features

Qui sont les bons et les mauvais élèves de cette nouvelle enquête sur les couches et produits d’hygiène pour bébés ? 60 Millions de consommateurs se penche à nouveau sur les résidus de produits toxiques et autres invités surprises dans les crèmes, gel, savons et autres couches pour les bambins.

Dix-huit mois après une première enquête, le magazine de l’Institut national de la consommation révèle quelques surprises (bonnes ou mauvaises…) : « si les couches Pampers s’en sortent mieux cette année, celles de Love & Green déçoivent par la présence de traces de résidu du glyphosate pour les unes et composés organiques volatiles (COV) pour les autres », explique le magazine. Des produits qui n’existaient pas dans ces couches en 2017… A l’inverse, Pampers fait figure de bon élève puisque la qualité de ses couches s’est améliorée depuis janvier 2017.

143 produits d’hygiène passés au crible

Mais au-delà des couches, c’est tous les produits de beauté pour bébé qui sont passés au crible. Et les résultats risquent d’accroître encore l’angoisse des parents. Eaux, laits et gels nettoyants, crèmes hydratantes, liniments, rien n’échappe à la vigilance de 60 Millions de consommateurs, qui a regardé de près les étiquettes de 143 produits.

« Si la majorité affiche des résultats corrects, des motifs d’inquiétude persistent du côté de certaines marques qui continuent à utiliser du phénoxyéthanol, un conservateur soupçonné de toxicité », souligne le magazine. Autre problème : la présence relevée d’irritants et de nombreuses substances allergisantes, pas vraiment conseillés pour des nouveau-nés.

>> A lire aussi : Pampers: Des traces d’hydrocarbures dans les couches-culottes conformes aux normes mais qui inquiètent les médecins