Quels dispositifs sont mis en place par l'Eglise pour lutter contre la pédophilie?

RELIGION Des cellules d'écoute des victimes de pédophilie ont notamment été mises en place dans chaque diocèse...

20 Minutes avec AFP

— 

Photo d'illustration d'un prêtre.
Photo d'illustration d'un prêtre. — Olivier Morin / AFP

En début de semaine, le pape François a condamné les «atrocités» commises sur plus de 1.000 enfants aux Etats-Unis. En France, la lutte contre la pédophilie s’organise au sein de l’Église, qui récuse toute « loi du silence ». En avril 2016, plusieurs dispositifs destinés à mieux prendre en compte les plaintes de victimes et à sensibiliser le clergé ont été mis en place.

Ces mesures ont été annoncées après la révélation de nouveaux cas de pédophilie, par la Confédération des évêques de France (CEF). La controverse vient d’être relancée par la pétition d’un curé réclamant la démission du cardinal Barbarin, poursuivi pour non-dénonciation d’agressions sexuelles.

Des cellules d’écoute pour les victimes

Selon une étude de la CEF de janvier 2017, près de 70 des 15.000 prêtres et diacres de France étaient alors mis en examen pour pédophilie ou avaient été condamnés pour de tels faits. « Reconnaissant et constatant la pauvreté des moyens existants », la CEF a créé des « cellules d’écoute et d’accueil des victimes » afin de leur offrir « un lieu où elles soient assurées d’être accueillies, écoutées et accompagnées ».

Ces cellules sont composées « de professionnels et de toute personne pertinente pour accueillir les victimes et/ou leurs familles » au niveau juridique, psychologique, médical, ecclésial, et parfois d’anciennes victimes ou parents de victimes. Ces cellules peuvent notamment être contactées via une adresse électronique spécifique (paroledevictimes@cef.fr).

Rappel des règles et des sanctions

Des victimes d’actes de pédophilie au sein de l’Église seront par ailleurs reçues à l’assemblée plénière des évêques de France, en novembre à Lourdes. L’Église française a également lancé un site internet dédié à cette question à destination tant du grand public que des éducateurs et du clergé. On y rappelle, entre autres, les attitudes à adopter au contact des enfants, la détection des « signaux d’alerte » et les obligations et les sanctions prévues par la loi.

Pour sensibiliser « à la maltraitance et à la pédophilie », la CEF édite également une brochure « Lutter contre la pédophilie, repères pour éducateurs », diffusée chez les prêtres et religieux, dans les séminaires et les lieux d’éducation religieuse.

Une cellule indépendante

Une Cellule permanente de lutte contre la pédophilie (CPLP), dirigée par l’évêque du Puy-en-Velay, Mgr Luc Crepy, a succédé à la « cellule de veille » déjà existante au sein de la CEF pour « organiser la lutte contre la pédophilie ». Elle est composée de huit membres et coordonne les différents volets de la politique menée par l’Église (sensibilisation, formation, lien avec les associations, suivi législatif…).

Une commission nationale d’expertise indépendante a également vu le jour. Présidée par Alain Christnacht, elle est composée de quatre médecins, d’une ancienne Défenseure des enfants et d’une parent d’élève. Elle a pour rôle de « les conseiller dans l’évaluation des situations de prêtres suspectés ou convaincus d’actes de pédophilie, afin de les éclairer sur les missions pouvant être confiées à ces prêtres sans faire courir de risques à des mineurs », selon la CEF.

>> A lire aussi : La lutte contre la pédophilie au sein de l’Eglise a-t-elle vraiment changé avec le pape François?

>> A lire aussi : Pédophilie dans l’Eglise. Le pape accepte la démission d’un archevêque australien

>> A lire aussi : Pédophilie aux Etats-Unis. Le pape se dit «du côté des victimes» des plus de 300 «prêtres prédateurs»