Pédophilie dans l'Eglise: «Ce n'est pas la loi du silence», assurent les évêques de France

RELIGION « Est-ce que la France doit renvoyer des cardinaux ? »? s'est interrogé le porte-parole de la Confédération des évêques de France (CEF) ce matin sur France Inter....

Marion Pignot

— 

Les évêques de France assurent qu'il n'existe d'omerta concernant les affaires de pédophilie au sein de l'Eglise (hoto d'illustration).
Les évêques de France assurent qu'il n'existe d'omerta concernant les affaires de pédophilie au sein de l'Eglise (hoto d'illustration). — BENOIT DOPPAGNE / BELGA / AFP

Il n’y a pas de « loi du silence » dans l’Eglise face aux affaires de pédophilie impliquant des prêtres, a assuré mercredi le porte-parole de la Confédération des évêques de France. Cette déclaration intervient au lendemain d’une pétition lancée par un prêtre du diocèse de Valence contre le cardinal Barbarin poursuivi « pour non-dénonciation d’agressions sexuelles ».

 

« Ce n’est pas la loi du silence. Le fait que le père Vignon puisse écrire cette lettre pour dénoncer cela, ce n’est pas la loi du silence. Ça fait deux ans et demi que les évêques de France ont pris des mesures assez claires pour une collaboration avec la justice, la dénonciation des faits, les signalements, l’accueil et l’accompagnement des victimes », a affirmé le porte-parole de la Confédération des évêques de France (CEF), Olivier Ribadeau-Dumas, sur France Inter.

« Est-ce que la France doit renvoyer des cardinaux ? La question se pose. Jusqu’à maintenant, je comprends qu’il puisse y avoir une colère mais il y a une action en justice qui existe. Cette justice doit passer pour qu’une décision puisse être prise », a-t-il estimé.

« Cette lutte contre la pédophilie, c’est aussi l’affaire de tous »

Dans le cadre d’une « remise en cause durable » de l’Eglise sur ces questions, la lettre au « Peuple de Dieu » du Pape François, diffusée lundi après la révélation d’un énorme scandale de pédophilie aux Etats-Unis, constitue un « événement important », a également souligné Olivier Ribadeau-Dumas.

« C’est rare qu’un Pape écrive à l’ensemble des baptisés, à 1,4 milliard de catholiques dans le monde, en disant "ça ne peut plus durer comme ça". Cette lutte contre la pédophilie est l’affaire des évêques, mais c’est aussi l’affaire de tous. Il a invité les catholiques à être acteurs de cette lutte, qu’ils ne puissent faire partie d’une conspiration du silence qui a trop duré au sein de l’Eglise pour cacher ces affaires », a-t-il poursuivi.

Pour rappel, le cardinal Barbarin est poursuivi par d’anciens scouts lyonnais pour ne pas avoir dénoncé à la justice de vieilles agressions pédophiles dans son diocèse, en particulier celles commises par le père Preynat.

300 prêtres « prédateurs » aux Etats-Unis

A la demande des victimes, il doit comparaître devant le tribunal correctionnel de Lyon en citation directe mais son procès, déjà reporté une fois, risque un nouveau renvoi pour des raisons de procédure.

La justice américaine a révélé la semaine dernière que l’Eglise catholique de Pennsylvanie (Etats-Unis) a couvert des abus sexuels perpétrés par plus de 300 prêtres, dont ont été victimes au moins 1.000 enfants.

>> A lire aussi : Pédophilie: «Je ne crois plus en la bonne intention de l’Église» , regrette le président de La Parole Libérée

>> A lire aussi : Pédophilie: Le pape François condamne les «atrocités» commises sur plus de 1.000 enfants aux Etats-Unis

>> A lire aussi : Pédophilie: le pape vient au secours du cardinal Barbarin