Pas-de-Calais: Cent ans après leur mort, quatre soldats canadiens de la Grande Guerre seront enfin inhumés

DISPARUS Leurs corps ont été identifiés grâce à un programme spécial mis en place par le gouvernement canadien...

20 Minutes avec AFP

— 

En 2014, des soldats écossais enterraient un soldat mort durant la Première Guerre mondiale à Loos-en-Gohelle.
En 2014, des soldats écossais enterraient un soldat mort durant la Première Guerre mondiale à Loos-en-Gohelle. — DENIS CHARLET / AFP

Leurs corps ont été retrouvés près de cent ans après leur disparition. Quatre soldats canadiens tombés dans le nord de la France lors de la Première guerre mondiale vont être inhumés jeudi. Ils seront enterrés dans le cimetière militaire britannique de Loos-en-Gohelle, dans le Pas-de-Calais.

La cérémonie aura lieu en présence des familles des quatre jeunes soldats. Portés disparus depuis août 1917, ces hommes âgés de 20 à 33 ans avaient été tués lors de combats acharnés pour reprendre aux troupes allemandes la cote 70, une colline proche de Lens. Cette offensive, menée par les troupes canadiennes entre les 15 et 25 août, avait fait plus de 10.000 morts et blessés dans leurs rangs, dont plus de 1.300 sans sépulture connue.

Quinze militaires canadiens identifiés

Les restes des quatre soldats, ont été retrouvés entre 2010 et 2016 lors d’opérations de destruction d’anciennes munitions et d’un chantier de construction aux environs de Lens. Les services du ministère canadien de la Défense sont parvenus à les identifier en octobre dernier en combinant analyse anthropologique médico-légale, recherche historique et ADN.

Une quinzaine de militaires canadiens portés disparus pendant la Première guerre mondiale ont ainsi pu être identifiés dans le cadre d’un programme établi en 2007.

Des découvertes fréquentes

Ces découvertes de dépouilles souvent enterrées à la hâte à proximité des tranchées sont « fréquentes » dans le Pas-de-Calais, a indiqué la préfecture. Plus d’une vingtaine de corps de soldats ont ainsi été exhumés depuis novembre sur le site du futur hôpital de Lens, selon le journal régional La Voix du Nord.

Les historiens estiment à 700.000 le nombre de soldats de toutes nationalités portés disparus sur le front ouest, en Belgique, dans le nord de la France et en Alsace, théâtre principal des combats de la Guerre de 14-18.