Ariège: Ceci n'est pas un radar qui flashe! Face au vandalisme, le département réagit

SECURITE ROUTIERE L’Ariège est confrontée à la dégradation d’équipements qui évaluent le trafic routier. Ces machines sont parfois prises pour des radars servant à traquer les excès de vitesse…

N.S.

— 

Les compteurs sont souvent placés sur des mâts de signalisation routière.
Les compteurs sont souvent placés sur des mâts de signalisation routière. — CD09

Ce sont de petits boîtiers, qui ressemblent autant à des radars automatiques « classiques » qu’une console 3DS à une PlayStation 4. Pourtant, des compteurs routiers déployés au bord des départementales ariégeoises sont la cible de vandales, que les récentes décisions gouvernementales en matière de Sécurité routière ont peut-être rendu paranoïaques.

Sur sa page Facebook, le conseil départemental a donc décidé ce lundi de rappeler que les machines visées, dépourvues de moyens d’identification de véhicules, ne servaient pas à verbaliser mais étaient « des outils de suivi statistiques et techniques ».

Concrètement, les 64 stations ariégeoises permanentes, essentiellement composées de compteurs Doppler hyperfréquences disposés sur des mâts de signalisation routière, évaluent l’importance du trafic sur une voie de circulation. Au moins cinq compteurs ont déjà été vandalisés ou volés, selon le conseil départemental.

Un petit message pas toujours entendu.
Un petit message pas toujours entendu. - CD09

Ces machines permettent de déterminer si des aménagements sont nécessaires sur un ou plusieurs tronçons des quelque 2.666 km de départementales que compte le « zéro-neuf ». Enfin, si elles ne sont pas dégradées, bien sûr…

>> A lire aussi : En juillet, les radars ont flashé deux fois plus d'automobilistes que l'an dernier