Intempéries: L'état de catastrophe naturelle reconnue dans 865 communes

DEGATS Les communes touchées par des pluies, coulées de boue et inondations avant l'été, ainsi que par un épisode de sécheresse, ont déposé un dossier pour être indemnisées...

20 Minutes avec AFP

— 

Une voie inondée interdite à la circulation à Peyrehorade, dans les Landes, le 14 juin 2018.
Une voie inondée interdite à la circulation à Peyrehorade, dans les Landes, le 14 juin 2018. — IROZ GAIZKA / AFP

Pour ces villes dévastées par les intempéries, c’est le soulagement. L’état de catastrophe naturelle a été reconnue dans 865 communes touchées par des inondations et des coulées de boue survenues entre fin mai et début juillet.

L’arrêté, publié mercredi au Journal officiel, a été pris après étude de la commission interministérielle réunie mi-juillet. Elle a traité « 1.766 demandes communales consécutives à cette série pluvio-orageux ».

Un nombre important de demandes

Les communes concernées par l’arrêté se trouvent notamment dans le Nord, Pas-de-Calais, Finistère, Charente-Maritime, Charente, Cher, Dordogne, Gironde, Landes, Haute-Garonne, Ariège, Aude, Alpes-de-Haute-Provence, Bas-Rhin et Haut-Rhin, Côte d’Armor, Oise et plusieurs départements d’Ile-de-France.

« De manière plus générale, le nombre de demandes communales déposées au titre des inondations et des coulées de boue sur le premier semestre de l’année 2018 est 2,5 fois plus important qu’en 2017 », a précisé Gérard Collomb. Soit 4.410 dossiers de janvier à juillet 2018 contre 1.747 sur la même période en 2017.

De nouvelles demandes à l’étude

Mi-juillet, la Commission a également traité 723 dossiers concernant l’épisode de sécheresse, réhydratation des sols de l’année 2017, ajoute le communiqué. Le ministre de l’Intérieur a salué la rapidité de traitement des demandes de communes, notamment grâce à une « très forte mobilisation des services régionaux de Météo-France et des préfectures concernées ».

Après de nouvelles intempéries survenues cet été, la Commission interministérielle étudiera les nouvelles demandes communales dans les prochaines semaines.