Les noyades sont en augmentation en 2018, surtout chez les enfants

ACCIDENT A la piscine ou à la mer, le nombre de noyades a progressé cet été par rapport à l'année 2015...

L.Br.

— 

Un jeune nageur saute avec sa bouée dans une piscine (image d'illustration).
Un jeune nageur saute avec sa bouée dans une piscine (image d'illustration). — David Tanecek/AP/SIPA

Toutes causes confondues, les noyades sont plus nombreuses en 2018, mais elles ont fait moins de morts qu’en 2015. C’est ce qu’il ressort de l’enquête menée par Santé publique France publiée ce jeudi.

L’organisme a relevé 952 noyades accidentelles entre le 1er juin et le 9 août, dont 198 décès. Les noyades touchent des personnes de tous âges. Elles sont toutefois en augmentation chez les enfants de moins de 6 ans : 255 contre 137 en 2015. Le nombre de décès reste stable : l’étude recense 20 morts, dont 80 % ont lieu en  piscine privée familiale. Tous âges confondus, les noyades ont plutôt lieu en mer (32 %), dans des cours d’eau (25 %) et des plans d’eau (21 %) et enfin, 17 % ont lieu en piscine.

Adopter les bons réflexes

En tout, l’étude recense 1.758 noyades sur cette période. Ce nombre prend en compte toutes les noyades accidentelles, intentionnelles ou criminelles, suivies d’une prise en charge hospitalière ou d’un décès. C’est plus qu’en 2015, où 858 noyades avaient été comptabilisées. « Cette augmentation peut s’expliquer pour partie par des conditions climatiques en termes de températures et d’ensoleillement particulièrement favorables à la baignade, et pour partie par une amélioration du système de surveillance des noyades », détaille l’étude.

Santé publique France recommande d’adopter les bons réflexes de prévention pour éviter ces accidents : apprendre (ou réapprendre) à nager, surveiller les enfants qui peuvent « se noyer sans bruit, en moins de trois minutes, dans vingt centimètres d’eau » et éviter l’alcool avant et pendant la baignade.