Pourquoi Saint-Étienne veut se faire une place au soleil sur les cartes de prévisions météo?

PETITION Un Stéphanois a lancé une pétition pour que sa ville figure désormais sur les cartes des bulletins météo à la télévision…

V.V.

— 

Daniela Prepeliuc, journaliste météo pour BFM.
Daniela Prepeliuc, journaliste météo pour BFM. — ABACA PRESS Jérôme Dominé
  • Saint-Étienne est absente des cartes de prévisions météo.
  • Un Stéphanois a lancé une pétition pour que change cette situation.
  • Les chaînes de télévision veulent que leur carte reste « lisible ».

Paradoxalement, c’est sans doute la récente canicule qui a apporté un petit souffle d’espoir dans la vie de Thierry Bacher. « J’ai remarqué que le nombre de signatures en bas de ma pétition grossissait à mesure que les températures grimpaient », assure ce Stéphanois. Lundi soir, un peu plus de 2.500 personnes avaient paraphé sa demande officielle pour que la ville de Saint-Étienne (Loire) apparaisse enfin sur les cartes de prévisions météorologiques des journaux télévisés.

Bien trop peu pour parler de tempête médiatique, d’autant que sa pétition date de novembre 2017 ! Mais suffisamment, en cette période estivale où l’actualité est creuse, pour attirer jusqu’à lui TF1, BFMTV, RTL, Europe 1 et bien sûr 20 Minutes. « Il est anormal qu’une ville telle que Saint-Étienne qui, avec sa périphérie, abrite 400.000 habitants ne figure pas sur ces cartes alors qu’il y a Clermont-Ferrand, d’un côté et Lyon, de l’autre… », répète-t-il inlassablement à chaque journaliste.

Saint-Étienne est la ville la plus haute d’Europe

L’affaire pourrait rapidement se ranger dans le classeur des susceptibilités locales si ce chargé de mission dans le domaine de l’éducation n’avait pas de sérieux arguments à avancer. « Depuis le 1er janvier, Saint-Étienne a rejoint le cercle des métropoles de France. Et puis, il s’agit tout de même de la ville la plus haute d’Europe : il ne fait pas la même température chez nous et à Lyon ! »

Guillaume Woznica en convient parfaitement. Mais, présentateur de la météo pour LCI, il rappelle que la conception des cartes de prévisions répond à une logique bien stricte. « Météo France nous livre les prévisions. Mais ce sont les chaînes qui choisissent les villes figurant sur les cartes, explique-t-il. Dans cette grande région, nous avons déjà Aurillac, Clermont-Ferrand, Grenoble, Lyon et Montélimar… On ne peut pas satisfaire tout le monde. Ce serait difficile d’ajouter encore un point sur la carte. »

Danse de la pluie et premières gouttes

Car les bulletins répondent d’abord à une logique esthétique. « Il faut que la carte soit homogène et reste lisible pour les téléspectateurs », abonde Daniela Prepeliuc, spécialiste météo pour BFMTV qui assure, tout de même, « que le climat a également son importance ». Autrement dit : une ou deux villes par département. Rarement plus…

L’année dernière, Caen (Calvados) est bien parvenue à s’incruster sur les plateaux télévisés au prix d’une intense campagne menée par l’ancien ministre Hervé Morin. « Mais c’est surtout parce qu’il y avait de la place sur la carte à cet endroit-là », poursuit Guillaume Woznica.

A moins d’un épisode particulier à venir, Saint-Étienne ne devrait donc pas connaître le même sort. « J’en ai déjà parlé avec Évelyne Dhéliat et on ne va pas changer la carte, poursuit le journaliste de LCI. Mais je promets d’en parler plus souvent à l’antenne. Sinon, je conseille aux Stéphanois de regarder les températures à Aurillac qui a quelques points communs avec leur ville ! »

Même son de cloche sur BFMTV. « On ne changera pas la carte. Mais si on nous envoie de jolies images de Saint-Étienne, je les diffuserais, promet Daniela Prepeliuc. Et puis, nous accordons beaucoup d’importance à la météo. A la moindre alerte, nous enverrons une équipe à Saint-Étienne ! » Thierry Bacher sait donc ce qu’il lui reste à faire : la danse de la pluie et un joli selfie dès l’apparition des premières gouttes…

>> Les faits: Une pétition pour que Saint-Etienne apparaisse sur les cartes météo

>> Météo: «On est un cran en dessus de la canicule de 2003»