Grand Est: La préfecture opposée au projet de fusion du Haut-Rhin et du Bas-Rhin

REGION Il y a deux ans, la décision de fusionner l’Alsace, la Lorraine et la Champagne-Ardennes en région Grand-Est avait déjà été vivement critiquée sur le territoire alsacien...

A.S.

— 

Jean-Luc Marx, préfet du Grand Est et du Bas-Rhin, se dit opposé au projet de fusion. Ici, une photo de la préfecture, situe à Strasbourg.
Jean-Luc Marx, préfet du Grand Est et du Bas-Rhin, se dit opposé au projet de fusion. Ici, une photo de la préfecture, situe à Strasbourg. — B. Poussard / 20 Minutes.

Fin janvier, le Premier ministre Edouard Philippe avait chargé le préfet du Grand Est d’étudier la création d’une nouvelle collectivité alliant le Haut-Rhin et le Bas-Rhin en un unique département. Dans son rapport « Mission Alsace Grand Est », dévoilé ce mardi 7 août et rapporté par France 3 Grand Est, la préfecture a clairement affiché son désaccord vis-à-vis de ce projet.

Une « disqualification » du territoire

« La plupart des Alsaciens ne se vivent pas insulaires mais rhénans, européens », a expliqué Jean-Luc Marx, préfet du Grand Est et du Bas-Rhin. Évoquant la Corse et les revendications des indépendantistes, le préfet a assuré comprendre le « désir d’ Alsace ». Il s’est aussi interrogé sur une forme de « disqualification » entraînée par la fusion des deux territoires, qui rétrograderait la région au rang de département.

Jean-Luc Marx a cependant reconnu que l’éventuelle fusion des deux départements pourrait renforcer quelques compétences, tels que « bilinguisme, gestion du Rhin, transports ». La région pourrait se voir déléguer de nouvelles attributions, notamment «  tourisme, attractivité, culture ».

Contrairement au préfet du Grand Est, certains élus alsaciens se sont dits favorables à ce projet, dont Frédéric Bierry, actuel président du conseil départemental du Bas-Rhin.

>> A lire aussi : Le gouvernement réfléchit à une fusion entre le Haut-Rhin et le Bas-Rhin