Jean-Luc Marx, préfet du Grand Est et du Bas-Rhin, se dit opposé au projet de fusion. Ici, une photo de la préfecture, situe à Strasbourg.
Jean-Luc Marx, préfet du Grand Est et du Bas-Rhin, se dit opposé au projet de fusion. Ici, une photo de la préfecture, situe à Strasbourg. — B. Poussard / 20 Minutes.

REGION

Grand Est: La préfecture opposée au projet de fusion du Haut-Rhin et du Bas-Rhin

Il y a deux ans, la décision de fusionner l’Alsace, la Lorraine et la Champagne-Ardennes en région Grand-Est avait déjà été vivement critiquée sur le territoire alsacien...

Fin janvier, le Premier ministre Edouard Philippe avait chargé le préfet du Grand Est d’étudier la création d’une nouvelle collectivité alliant le Haut-Rhin et le Bas-Rhin en un unique département. Dans son rapport « Mission Alsace Grand Est », dévoilé ce mardi 7 août et rapporté par France 3 Grand Est, la préfecture a clairement affiché son désaccord vis-à-vis de ce projet.

Une « disqualification » du territoire

« La plupart des Alsaciens ne se vivent pas insulaires mais rhénans, européens », a expliqué Jean-Luc Marx, préfet du Grand Est et du Bas-Rhin. Évoquant la Corse et les revendications des indépendantistes, le préfet a assuré comprendre le « désir d’ Alsace ». Il s’est aussi interrogé sur une forme de « disqualification » entraînée par la fusion des deux territoires, qui rétrograderait la région au rang de département.

Jean-Luc Marx a cependant reconnu que l’éventuelle fusion des deux départements pourrait renforcer quelques compétences, tels que « bilinguisme, gestion du Rhin, transports ». La région pourrait se voir déléguer de nouvelles attributions, notamment «  tourisme, attractivité, culture ».

Contrairement au préfet du Grand Est, certains élus alsaciens se sont dits favorables à ce projet, dont Frédéric Bierry, actuel président du conseil départemental du Bas-Rhin.

>> A lire aussi : Le gouvernement réfléchit à une fusion entre le Haut-Rhin et le Bas-Rhin