Le vin bleu est-il illégal? «Ils n'ont pas le droit d'utiliser le mot Méditerranée», clame la patronne de l'IGP

VITICULTURE L'organisme de défense de l'IGP Méditerranée s'insurge contre la vente du vin bleu Vindigo, présenté comme «vin de Méditerranée»...

J.S.-M.

— 

Des posts Instagram (plus ou moins sponsorisés) présentent le vin bleu de Vindigo.
Des posts Instagram (plus ou moins sponsorisés) présentent le vin bleu de Vindigo. — Capture d'écran Instagram

« Cette histoire de vin bleu, ça va faire tousser du côté de l’IGP », nous assurait un proche du dossier la semaine dernière. Prédiction confirmée. Dans un communiqué envoyé aux médias, la Fédération Inter-Med, organisme de défense et de gestion de l’indication géographique protégée (IGP) Méditerranée s’insurge ce mercredi contre le vin bleuVindigo, « un vin espagnol qui utilise abusivement le terme Méditerranée ».

Auprès de 20 Minutes, la responsable de la fédération Axelle Fichtner assure que l’étiquette du vin bleu Vindigo est « illégale » : « Ils n’ont pas le droit de se revendiquer vin de Méditerranée, la dénomination est protégée. » L’INAO, l’institut national de l’origine et de la qualité, sollicité, confirme que Vindigo « n’a pas le droit » d’utiliser le terme Méditerranée. Les services des fraudes auraient également été saisis, assure Inter-Med.

#vindigo #vindesete #vinbleu

A post shared by Rene Francois Le Bail (@rene_le_bail_) on

« On se pose la question du bien-fondé de cette couleur bleue d’un point de vue œnologique, reprend Axelle Fichtner. Mais, surtout, ce qui est important pour nous, c’est que le mot Méditerranée n’apparaisse plus. »

Contactés, les responsables de Vindigo n’ont pas répondu à nos sollicitations, ce mercredi.

>> A lire aussi : Le vin bleu, est-ce encore du vin? «C'est du pur marketing, de la foutaise», selon un sommelier