Parcoursup: «Je suis désespéré»... L'angoisse des milliers de jeunes (et leurs parents) en attente d'une réponse

ETUDES Alors que les dates butoirs d'inscription et la rentrée approchent, des milliers de jeunes ne savent pas encore où ils seront acceptés pour commencer ou poursuivre leurs études...

Laure Cometti

— 

Illustration de l'université.
Illustration de l'université. — Remy Gabalda AFP
  • Des milliers de jeunes n’ont pas encore de proposition d’admission dans l’enseignement supérieur pour la rentrée 2018, à moins d’un mois de la rentrée.
  • Cette attente est une source d’angoisse et de démotivation, voire de colère, pour de très nombreux jeunes (et leurs parents) au vu des nombreux témoignages que « 20 Minutes ».
  • De son côté, le ministère de l’Enseignement supérieur se veut rassurant.

« Je regarde Parcoursup chaque jour… Je suis dans l’incompréhension totale et de plus en plus désespéré ». A 23 ans, Benjamin a choisi de se réorienter après un BTS comptabilité. A un mois de la rentrée, il n’a toujours pas de réponse favorable et se connecte tous les jours à la plateforme pour voir si l’un de ses vœux est accepté.

Nathalie, Bac ES en poche depuis cette année, est toujours sur liste d’attente pour faire une licence de sciences politiques à la rentrée à Lyon. Elle « stresse à l’idée de devoir chercher un logement » à la dernière minute et ne comprend pas pourquoi elle est 251e sur la liste d’attente de la fac alors qu’elle avait été acceptée en école de commerce.

Au moins 128.000 jeunes ne savent pas encore où ils seront à la rentrée

A l’image de Nathalie et Benjamin qui ont répondu à notre appel à témoignages, comme des dizaines d’autres personnes, parent ou candidat, des milliers de jeunes ne savent toujours pas où ils seront à la rentrée.

Il y a les 16.453 candidats qui n’ont pas encore de place dans l’enseignement supérieur dont 9.578 bacheliers de 2018. Si certains sont « accompagnés » par les rectorats, leur nombre n’est pas communiqué. Mais il faut compter aussi les 111.686 jeunes* qui ont accepté une place mais sont dans l’attente d’une réponse pour un ou plusieurs autres vœux, et qui n’ont donc pas encore définitivement validé une inscription pour la rentrée.

Il y a également 50.492 candidats « inactifs » sur Parcoursup, dont 30.938 bacheliers. « Certains candidats s’inscrivent en mars puis font d’autres projets : faire des études à l’étranger, travailler… », explique Jérôme Treillard, chef de projet Parcoursup. Par ailleurs Parcoursup ne représente que 80 % de l’offre d’enseignement supérieur cette année [le ministère a fixé l’objectif de 100 % en 2020], donc certains candidats qui ont été admis ailleurs sont inactifs sur la plateforme", ajoute-t-il, précisant avoir reçu 45.000 attestations de candidats inscrits dans des formations non accessibles via Parcoursup.

Le stress monte à l’approche de la rentrée

Mais pour les milliers de jeunes sans réponse définitive, c’est un drôle d’été, et pour leurs parents aussi. « Nous sommes le mardi 7 août et mon fils est encore en liste d’attente pour l’Estaca à Laval, l’Esilv à la Défense et l’Estaca à Saint-Quentin-en-Yvelines. Comment fait-on pour organiser cette prochaine rentrée, la location d’un logement ? » s’inquiète Nathalie D. Son fils a obtenu une place dans une école privée, mais ce n’était pas son premier choix. « Nous avons payé 1.000 euros pour lui garantir une place l’année prochaine au cas où ses autres vœux ne soient pas acceptés », explique sa mère. Une somme qui sera perdue si jamais son fils se désiste pour un de ses autres choix d’études.

« C’est une situation de stress permanent… Des crises d’angoisse à ne pas savoir où l’on va atterrir l’année prochaine (une nouvelle fois…) alors que l’on m’avait promis même aux journées portes ouvertes qu’il n’y aurait aucun problème dans mon cas pour une réorientation », nous confie Emmeline, qui veut étudier les langues après une année de droit.

Il faut se connecter très régulièrement à la plateforme, car depuis le 29 juin, les candidats doivent répondre au plus tard deux jours après avoir reçu une proposition d’admission. Sinon, elle est perdue. Louis, président de syndicat lycéen et farouchement opposé à Parcoursup, témoigne sur Twitter avoir perdu trois vœux car il n’avait pas eu d’accès Internet pendant 4 jours.

Fin de la procédure le 21 septembre

Face à la détresse de nombreux jeunes, le ministère de l’Enseignement supérieur se veut rassurant. « Je comprends que ça puisse être stressant de pas savoir le 7 août où on sera à la rentrée », reconnaît Jérôme Treillard. « Mais cette situation existait déjà avec APB. Nous faisons tout pour optimiser cette phase de réponse et d’accompagnement, en gardant le souci que le candidat fasse le bon choix ». Le ministère préfère mettre en avant la majorité de candidats pour qui ça se passe bien.

« Aujourd’hui, plus de 86 % des candidats ont eu une proposition, et pour les bacheliers généraux, ça monte à 95 % », assure Jérôme Treillard, « c’est mieux qu’APB l’an dernier ». « Le nombre des candidats ayant une affectation définitive pour la rentrée progresse et va continuer à progresser », poursuit-il.

Un bilan tiré après la rentrée

« Il y aura sans doute beaucoup d’activité sur la plateforme entre la dernière semaine d’août et la première de septembre », anticipe Jérôme Treillard. Les candidats qui gardent des vœux en attente devraient selon lui faire un choix définitif à l’approche des dates butoirs d’inscription dans de nombreuses formations. Et remettre ainsi en jeu des places qui seront proposées aux autres candidats. « Au 5 septembre, il n’y aura plus de vœux en attente ».

N’est-ce pas un peu tard pour les candidats sans proposition, et les formations, dont les classes prépratoires et universités qui ont aussi fait part de leurs difficultés à gérer des inscriptions plus tardives ? « On entend les réactions des formations mais avec Parcoursup, un choix politique a été fait : donner le dernier mot au candidat », répond Jérôme Treillard. « On fera un bilan fin septembre et on regardera s’il y a des choses à améliorer », a assuré la ministre Frédérique Vidal le 30 juillet dernier.

 

* Chiffres publiés par le ministère de l'enseignement supérieur, le 7 août 2018.

>> A lire aussi : «Je suis super stressé, soit j'ai des non soit je suis sur liste d'attente» sur Parcoursup

>> A lire aussi : « Près de 80% des candidats ont reçu en moyenne trois propositions avant le bac», assure Frédérique Vidal