Le pape inscrit dans le catéchisme que la peine de mort est «inadmissible»

RELIGION Le souverain pontife a appelé à abolir la peine de mort « partout dans le monde »…

20 Minutes avec AFP

— 

Le pape François a été élu au printemps 2013.
Le pape François a été élu au printemps 2013. — Giuseppe Ciccia/PACIFIC P/SIPA

La version de 1992 du catéchisme tolérait encore la peine capitale dans des cas extrêmes… Ce ne sera plus le cas. Le pape François a inscrit pour la première fois dans le catéchisme de l'Eglise catholique une opposition catégorique à la peine de mort et a appelé l’Eglise à s’engager pour l’abolir « partout dans le monde ».

Le pape argentin, très sensible au sort des détenus auxquels il rend régulièrement visite et avocat de leur réintégration dans la société, s’est toujours opposé à la peine de mort. Pour lui, l’exécution d’un être humain « ne rend pas justice aux victimes mais attise la vengeance ». En septembre 2015, il avait ainsi exprimé sa conviction selon laquelle il fallait « protéger et défendre la vie humaine à chaque étape de son développement », dans un discours historique devant le Congrès américain, face à des élus majoritairement d’un avis contraire.

Selon Amnesty International, 2.500 condamnations à mort en 2017

Jean Paul II avait également saisi l’occasion d’un voyage aux Etats-Unis pour appeler à l’abolition de la peine capitale en 1999. Benoît XVI avait pour sa part parlé de « la nécessité de faire tout ce qui est possible pour arriver à l’élimination de la peine capitale », mais sans aller jusqu’à demander de réécrire le catéchisme.

Le pape François avait plaidé pour cette réécriture en octobre, en reconnaissant au passage que l’Eglise catholique avait elle-même eu recours pendant des siècles à « cette pratique extrême et inhumaine ».

L’organisation de défense des droits de l’Homme Amnesty International a recensé en 2017 au moins 2.591 condamnations à mort dans 53 pays et près de 1.000 exécutions (en excluant la Chine qui ne communique pas sur ses milliers de sentences). Plus de deux tiers des pays dans le monde ont cependant aboli la peine de mort en droit ou en pratique.

>> A lire aussi: Ce qu'il faut retenir de la visite de Macron au Vatican