Affaire Benalla: Que s'est-il passé lors de la perquisition chez l'ex-collaborateur de Macron?

ENQUETE Les policiers auraient d’abord appelé un serrurier, qui n’aurait pas réussi à ouvrir la porte de Benalla…

L.Br.

— 

Alexandre Benalla interviewé sur TF1.
Alexandre Benalla interviewé sur TF1. — TF1 / AFP

Dans l'affaire Benalla, même les histoires de perquisitions sortent de l’ordinaire. BFMTV raconte ce jeudi les détails de cette intervention des policiers, après l’interrogation d’Alexandre Benalla.

Le 20 juillet, alors qu’Alexandre Benalla est convoqué par la Police judiciaire pour être placé en garde à vue, les enquêteurs décident de perquisitionner son domicile, raconte BFMTV dans une vidéo. Problème :  l'ex-collaborateur d'Emmanuel Macron n’a pas ses clés. Les policiers sont alors contraints de faire intervenir un serrurier. Mais celui-ci ne serait pas parvenu à ouvrir la porte, disposant « d’un système sophistiqué ».

Coffre-fort introuvable

La PJ aurait alors contacté le commissariat d’Issy-les-Moulineaux pour obtenir un bélier, indisponible ce jour-là. La Bac de nuit du 92 n’a personne à leur envoyer. Le temps presse pour les policiers car il est interdit de perquisitionner après 21 heures. A 21h05, les policiers, bredouilles, posent donc des scellés sur la porte d’Alexandre Benalla, toujours selon BFMTV. Le lendemain à six heures, ils arrivent enfin avec des moyens appropriés mais une surprise les attend : le coffre-fort est introuvable.

Selon BFMTV, Benalla aurait expliqué la situation en disant qu’il avait demandé à un ami de vider tout ce qui pouvait être volé dans son appartement, dont le coffre-fort contenant ses armes. Les policiers n’ont pas réussi à les retrouver avant qu’Alexandre Benalla ne se décide à remettre ses trois armes aux autorités.

>> A lire aussi : Affaire Benalla. Armes non déclarées, tenue de policier… Ce que révèle l’enquête judiciaire

>> A lire aussi : VIDEO. Affaire Benalla. Quel est l'intérêt des Français pour le sujet?

>> A lire aussi : Affaire Benalla. François de Rugy lance une enquête sur les badges d'accès à l'Assemblée