Pourquoi les Français achètent autant de voitures neuves

AUTOMOBILES Les immatriculations de voitures particulières neuves en France ont fait un bond de 18,9% en juillet sur un an. Les automobilistes plébiscitent des modèles «qui consomment plus, coûtent plus cher, et sont plus chers à l'entretien. Ils se font plaisir», estime un analyste...

M.B. avec AFP

— 

Une Peugeot 3008 exposée en mars 2017 au salon automobile de Genève.
Une Peugeot 3008 exposée en mars 2017 au salon automobile de Genève. — AFP

« Les chiffres sont impressionnants ». Et c’est François Roudier, directeur de la communication du Comité des constructeurs français d’automobiles (CCFA) qui le dit. En effet, le marché a enregistré une forme éclatante en juillet, avec un bond de 18,9% des immatriculations de voitures particulières neuves sur un an. En cumulé depuis janvier, un peu plus de 1,36 million de voitures ont été immatriculées en France, ce qui représente une hausse de 6,3 % par rapport à la même période de 2017, a indiqué le CCFA ce mercredi. Au total, 175.397 voitures particulières neuves ont été immatriculées en France en juillet, mois qui comptait 22 jours ouvrés contre 20 l’an dernier.

Montée en puissance de la location avec option d’achat

« La bonne santé du marché français (de l’automobile) illustre une économie en croissance », estime Flavien Neuvy directeur de l'Observatoire Cetelem de l'automobile, car les automobilistes plébiscitent des modèles « qui consomment plus, coûtent plus cher, et sont plus chers à l’entretien ». « Donc ils se font plaisir, il n’y pas d’autre explication rationnelle. » Selon nos confrères de L'Argus, les automobilistes ont payé 26.717 euros en moyenne l’an dernier pour l’achat d’un véhicule neuf, soit presque 900 euros de plus qu’en 2016.

Flavien Neuvy voit aussi dans ces chiffres de ventes « les premiers effets de la montée en puissance de la LOA (formule de location avec option d’achat) » : « les personnes qui ont pris des voitures neuves il y a trois ans avec une LOA changent de voiture maintenant, il y a donc une accélération du renouvellement du parc automobile. » Plus d’un particulier sur trois qui achète une voiture neuve opte pour cette formule, confirme François Roudier. Résultat, les adeptes de cette formule renouvellent généralement leur voiture tous les trois ans contre tous les six ans en moyenne pour les autres automobilistes, précise Flavien Neuvy.

Les constructeurs français sont les grands gagnants

Le seul mois de juillet comme les sept premiers mois de l’année ont été marqués par la bonne dynamique des constructeurs français (+23 % sur un an), qui grignotent des parts de marché, notamment grâce à la popularité de leurs modèles de type SUV. « Ils poursuivent sur leur lancée et gagnent des parts de marché. Ils ont une gamme qui répond aux attentes des automobilistes, car ils sont bien positionnés sur les "Crossover" et les SUV », analyse Flavien Neuvy. Sur ces sept premiers mois de l’année, les constructeurs français ont raflé 57,8 % du marché. Ils affichent une progression de 13,3 %, tandis que les marques étrangères baissent légèrement, de 2 %.

PSA engrange 56.191 immatriculations, soit un bond de 28 % en juillet qui s’explique notamment par l’intégration d’Opel, comptabilisé l’an dernier dans le giron de l’américain General Motors (GM). La marque rachetée à GM a apporté au groupe PSA 5.239 immatriculations supplémentaires en juillet.

Peugeot (30.726 voitures particulières immatriculées) et Citroën (17.578) affichent respectivement 15,7 % et 13,2 % de croissance pour le mois dernier, portée notamment par les modèles Peugeot 208 et 3008 II (de type SUV crossover), qui raflent 4,6 % et 3,9 % des immatriculations en France de voitures particulières neuves de janvier à juillet. La marque aux aspirations haut de gamme DS bondit de 49,6 %, dans des volumes bien plus faibles (2.648 immatriculations).

Chez Renault en juillet (+16 % sur un an), c’est la marque roumaine Dacia qui offre la meilleure performance, avec 18,3 % d’augmentation, mais pour un tiers du volume de voitures : 9.782 immatriculations contre 27.680 pour la marque principale du groupe. « Dacia réalise un excellent mois, la Duster et la Sandero [deux SUV] cartonnent », constate Flavien Neuvy. La Renault Clio IV arrive en tête des immatriculations des sept premiers mois, avec 77.781 véhicules neufs immatriculés et 5,7 % de part de marché. Au sein des groupes étrangers, Volkswagen garde sa nette domination, avec 13,9 % de part de marché en juillet. Ses immatriculations augmentent de 19,7 % sur un an. A part la marque Audi (-2,3 %), toutes ses marques enregistrent des performances à deux chiffres, et même supérieures à 35 % pour les marques de luxe Porsche et Bentley.

« Les marques premium sont à contre-courant »

Flavien Neuvy note que « les marques premium sont à contre-courant : Audi est en baisse, la marque BMW est en très légère hausse (+3,3 % en juillet) mais elle fait moins bien que le marché, Mercedes baisse aussi. (…) Je pense qu’ils ont un peu atteint leur plafond en termes de parts de marché ».

Même si le rythme des ventes devrait décélérer d’ici la fin de l’année, le CCFA table sur une hausse des ventes de 4 % en 2018. « Au cours des 20 dernières, il s’est vendu en moyenne 2.040 000 véhicules et cette année, on devrait dépasser les 2.200 000 », calcule Flavien Neuvy.

>> Vous avez décidé de prendre une voiture grâce à la location avec option d’achat, racontez-nous pourquoi. Quels sont les avantages et les inconvéniants de ce système? Allez-vous racheter la voiture à la fin de la location ou opter pour une nouvelle location? Vous pouvez témoigner dans les commentaires ou envoyer un mail à contribution@20minutes.fr. Vos témoignages serviront à la rédaction d’un article. Merci.