Toulouse: Si le périphérique était saturé en juillet, c’est peut-être à cause de la Coupe du monde

FAITS DIVERS Un économiste estime qu'il y a eu un «effet Coupe du monde» provoquant des bouchons à Toulouse...

J.S.-M.

— 

Bouchons et pollution sur le périphérique toulousain. Illustration.
Bouchons et pollution sur le périphérique toulousain. Illustration. — F. Lancelot / Sipa

A croire que les Toulousains ne prennent pas de vacances. Ou plutôt qu’ils ont décalé leurs départs. Le trafic en juillet « a été proche de celui du mois de juin », indique dans La Dépêche du Midi Mathieu Athanas, chef du centre de gestion trafic à la Dirso, qui gère le périphérique Ouest de Toulouse.

« Effet Coupe du monde »

Comment expliquer ce phénomène, qui s’était déjà produit l’été dernier ? Pour Mathieu Athanas, c’est « dû aux nouveaux arrivants à Toulouse. » Les usagers des transports en commun évoquent aussi la fermeture de la ligne A du métro. Mais l’explication la plus originale est celle de l’économiste toulousain Marc Ivaldi, professeur à la Toulouse School of Economics.

Toujours dans La Dépêche du Midi, il évoque un « effet Coupe du monde » : « La conjoncture fait que les gens ont décalé leurs vacances (…) Il y a sûrement eu un effet Coupe du monde. »

>> A lire aussi : Le périphérique de Toulouse encore en chantier l’année prochaine (et ça va faire du bien)

>> A lire aussi : Bitume fondu, chaussée défoncée, Vinci va porter plainte après le passage des agriculteurs