La SNSM est venue prêter main forte dans les recherches.
La SNSM est venue prêter main forte dans les recherches. — Fred Tanneau

SOLIDARITE

Saint-Tropez: Les propriétaires de yachts radins avec la SNSM

LA SNSM a appelé à la générosité des propriétaires de yachts pour financer une partie de leur prochaine embarcation…

Cloué au port de Saint-Tropez. Le canot de sauvetage Bailli de Suffren II des sauveteurs de la SNSM ne peut reprendre la mer avant la mi-août, à cause d’une pièce défectueuse qui n’arrivera d’Italie qu’à cette date, rapporte Var-Matin. Les bénévoles ne disposent que d’un semi-rigide et l’appui des vedettes basées ailleurs dans le Var en cas de problème.

Son remplaçant, le Bailli de Suffren III n’arrivera qu’au printemps prochain, après avoir été fabriqué en Bretagne. Un délai imposé par manque d’argent : Pierre-Yves Barasc, président de la station SNSM de Saint-Tropez n’a pu le commander plus tôt. Il manque encore près de 200.000 euros, sur 1,4 million pour finir de financer l’embarcation et son transport.

« Un peu de modestie »

Les bénévoles ont demandé au propriétaire de yachts de mettre la main à la poche, mais leur demande est restée lettre morte. Sauf le propriétaire d’un bateau, loin d’être le plus grand, qui a accepté de donner 10.000 euros. « Ils disent que ça ne les concerne pas ? C’est faux. Sur les grosses unités [les plus gros bateaux], l’année dernière, on a sauvé un bébé de huit mois. On a secouru trois jeunes échoués sur [les rochers de] la Tête de chien : pas un remerciement, même de leur père, rien ! Comme si c’était un dû. C’est bien beau d’arroser les filles avec une bouteille [de champagne] Cristal à 50.000 euros. Mais ces gens pourraient afficher un peu de modestie et nous aider plus », fulmine Pierre-Yves Barasc, le président depuis une trentaine d’années.

La station tropézienne a réalisé l’an dernier 87 interventions, dont 90 % entre le 15 juin et le 15 septembre.

>> A lire aussi : VIDEO. Agde: Les belles images du sauvetage d’un dauphin filmé par les sauveteurs de la SNSM

>> A lire aussi : Var: Il ramène un obus chez lui, les démineurs contraints d'intervenir en pleine nuit