Les infos immanquables du jour: Canicule et travail, 2.000 guêpes dans une cuisine et femme à barbe

ACTU Ce qu'il ne fallait pas manquer dans l'actualité de ce jeudi 26 juillet... 

Armelle Le Goff

— 

Au moins 17 personnes sont mortes au Québec en raison de la canicule qui sévit sur l'est du Canada depuis la fin du mois de juin 2018.
Au moins 17 personnes sont mortes au Québec en raison de la canicule qui sévit sur l'est du Canada depuis la fin du mois de juin 2018. — AFP

Que vous soyez à Senlis ou à Charenton, c’est l’heure des immanquables.

L’article le plus lu du jour : Alerte à la canicule: Refus de travail, bermuda, pauses... Quels sont les droits des salariés?

Les aléas climatiques, comme la canicule pour laquelle Météo-France a placé 18 départements en vigilance orange, impactent les conditions de travail. Revue des obligations et droits des entreprises et salariés. Aux termes de l’article R 4121-1 du Code du travail, tout employeur doit prendre en considération les « ambiances thermiques » dans le cadre de sa démarche d’évaluation des risques pour la santé et la sécurité des travailleurs. Une obligation rappelée dans le plan canicule 2018 : les employeurs sont tenus d’assurer la sécurité et de protéger la santé de leurs salariés « en tenant compte notamment des conditions climatiques ». Mais aucun seuil de température n’est fixé dans la loi. Un article à retrouver là. 

 

L’article le plus lu du jour : Bretagne: Une femme découvre 2.000 guêpes dans sa cuisine

La mauvaise surprise. Samedi soir, alors qu’elle regardait la télévision, une habitante de Saint-Georges-de-Reintambault (Ille-et-Vilaine) a vu plusieurs guêpes lui tourner autour. Elle a découvert qu’un nid s’était logé sous son toit et que 2.000 insectes vivaient dans sa maison située à l’extrême est de la Bretagne, rapporte Ouest-France.

Agée de 86 ans, la femme ne s’était rendu compte de rien jusqu’à ce qu’elle allume la lumière. Elle a alors découvert ses bras couverts de guêpes. Paniquée, elle s’est réfugiée dans sa chambre pour appeler sa fille. D’après France Bleu, la femme se dit allergique aux piqûres et craignait d’être attaquée.

Une entreprise spécialisée est rapidement intervenue pour neutraliser le nid, qui était sans doute là depuis plusieurs mois. D’après le technicien, plus de 2.000 guêpes vivaient ici. Un article à retrouver par ici. 

L’article le plus à lire du jour : «Monstres humains»: Annie Jones, la femme à barbe, qui ne voulait pas qu'on l'appelle «freak»

20 Minutes, en partenariat avec Retronews, le site de presse de la Bibliothèque nationale de France, propose une série d’articles sur les « monstres humains ». Aujourd’hui, focus sur Annie Jones, la plus célèbre femme à barbe des Etats-Unis.

Il faut les imaginer ces « monstres », exposés comme des bêtes aux musées des horreurs. Il faut songer aussi, aux ricanements et aux moqueries des voyeurs venus les dévisager.

Annie Jones Elliot, originaire d’un petit village de Virginie, est l’un de ces célèbres « phénomènes » qui fit la gloire des freak show américains entre le milieu du XIXe et le milieu du XXe siècle. La jeune femme était atteinte d’hirsutisme : elle portait une barbe. Et ce, depuis son plus jeune âge, selon les journaux de l’époque*. Un article de Thibaut Le Gal à lire dans son intégralité par là.