Les infos immanquables du jour: Canicule, affaire Benalla et Redoine Faïd

ACTU Ce qu'il ne fallait pas manquer dans l'actualité de ce mercredi 25 juillet... 

Armelle Le Goff

— 

La canicule a déjà sévi à Paris en 2017.
La canicule a déjà sévi à Paris en 2017. — MATHILDE MAZARS/SIPA

Que vous soyez à Chartres ou à Castres, c’est l’heure des immanquables.

L’article le plus lu du jour : Pourquoi les habitants des villes vont-ils plus souffrir de la canicule que ceux de la campagne?

L’urgence, autrefois, c’était d’éviter la propagation des maladies. Au XIXe siècle, pour des raisons évidentes d’hygiène, toutes les villes ont asséché les marais et les zones de stockage d’eau sans penser qu’elles en auraient besoin 200 ans plus tard… Alors que Météo France a placé dix-huit départements en alerte orange en raison d’un épisode caniculaire, les habitants des villes se préparent à souffrir encore plus que ceux des campagnes. Et on vous explique pourquoi par ici. 

 

L’article le plus partagé du jour : Evasion de Redoine Faïd: Le braqueur aurait été vu dans une voiture transportant des explosifs à Sarcelles

Le braqueur évadé Redoine Faïd aurait été vu dans la voiture transportant des explosifs, retrouvée à Sarcelles. Ce véhicule qui transportait des explosifs dans le coffre a en effet été retrouvé mardi soir dans le parking d’un centre commercial à Sarcelles (Val-d’Oise) qui a été évacué, a appris l’AFP ce mercredi de sources concordantes, confirmant une information du Parisien. Selon les premiers éléments de l’enquête, tout part d’un banal contrôle routier, vers 16h40. «Les gendarmes ont voulu contrôler des personnes à bord d’une voiture qui observaient une station-service à Piscop. Ils se sont soustraits au contrôle et ont fui en direction de Sarcelles», a-t-on indiqué. Un article à lire dans son intégralité là. 

 

 

L’article le plus à lire du jour : Affaire Benalla: L'Elysée a menti, l'ex-collaborateur d'Emmanuel Macron a touché son «salaire intégral» en mai

Un peu ennuyé, Patrick Strzoda a fini par le reconnaître. Entendu, ce mercredi après-midi par la commission d’enquête du Sénat, le directeur de cabinet d’Emmanuel Macron a admis qu’Alexandre Benalla avait touché l’intégralité de son salaire en mai, en dépit de la sanction de suspension de 15 jours qu’il avait prise à son encontre.  Un article à retrouver par ici.