Prendre des photos sous les jupes des femmes bientôt passible d’un an de prison

JUSTICE Cette pratique consiste à prendre des photos ou des vidéos sous les jupes des femmes, à leur insu…

L.Br. avec AFP

— 

Une femme en jupe en mai 2015 à Rome.
Une femme en jupe en mai 2015 à Rome. — TIZIANA FABI / AFP

C’est la fin d’un vide juridique pour les femmes en France. La « capture d’images impudiques », phénomène que l’on retrouve notamment dans les transports en commun, va devenir un vrai délit. La nouvelle loi sur les violences sexistes et sexuelles devrait bientôt le sanctionner d’un an de prison et de 15.000 euros d’amende, selon Le Parisien.

Les parlementaires ont décidé d’inscrire dans la loi le délit d'« upskirting ». Cette pratique consiste à prendre des photos ou des vidéos sous les jupes des femmes, à leur insu. Ce délit, de plus en plus répandu grâce à des appareils de plus en plus petits, bénéficie encore aujourd’hui d’un vide juridique en France. Il n’est pas considéré comme une agression sexuelle car il n’y a pas de contact avec la victime, et l'atteinte à la vie privée n’est pas retenue car cela se passe souvent dans les lieux publics.

20.000 personnes dans la rue en Corée du Sud

Il figure dans la dernière mouture du projet de loi contre les violences sexistes et sexuelles. Les sénateurs ont créé un délit de « captation d’images impudiques », adopté par la majorité. Le texte avait déjà été voté en mai par l’Assemblée nationale. Une commission mixte paritaire a adopté une version finale, commune aux deux Chambres, a annoncé Marlène Schiappa ce lundi sur Twitter.

La Grande-Bretagne a devancé la France de peu : elle vient de rendre l’infraction passible de deux ans d’emprisonnement. Le phénomène a aussi pris de l’ampleur en Corée du Sud, où les femmes manifestent pour protester contre cette pratique. Leur dernière marche a rassemblé plus de 20.000 personnes, début juillet.