Affaire Benalla: Le préfet de police n'a «jamais» été sollicité pour que le collaborateur de Macron accompagne les policiers

AUDITION Alexandre Benalla et quatre autres personnes ont été mis en examen dimanche soir…

L.Br. avec AFP

— 

Michel Delpuech a été entendu par la comission des Lois de l'Assemblée, le 23 juillet 2018.
Michel Delpuech a été entendu par la comission des Lois de l'Assemblée, le 23 juillet 2018. — IHNIOGLU KAMIL/SIPA

Le préfet de police de Paris a été entendu ce lundi par les députés de la Commission des Lois de l’Assemblée nationale, quelques heures après Gérard Collomb. Michel Delpuech, qui a prêté serment pour dire « toute la vérité » avant son audition, n’a « jamais » donné son autorisation à la présence d'Alexandre Benalla avec ses hommes.

Le haut fonctionnaire a évoqué le déroulement des faits lorsqu’il a pris connaissance de la vidéo d'Alexandre Benalla violentant des manifestants. « J’ai immédiatement interrogé le Directeur de l’ordre public et de la circulation (DOPC) pour savoir pourquoi Benalla était sur la place de la Contrescarpe. Il m’a dit qu’il n’en avait pas été informé », explique-t-il. « Je n’ai jamais, je dis bien jamais, été sollicité par qui que ce soit en ce sens », révèle le préfet.

Un casque et un gradé à disposition

« Le DOPC m’a indiqué que sa direction avait mis à la disposition de monsieur Benalla un casque et un gradé de la police nationale pour l’accompagner tout le temps de sa présence à côté de nos hommes », a ajouté Michel Delpuech.

A l’Elysée, Alexandre Benalla jouait un grand rôle dans la sécurité entourant le chef de l’Etat et était régulièrement en contact avec des responsables policiers. « Monsieur Benalla était un interlocuteur connu », a résumé le préfet de police.

Alexandre Benalla, le LREM Vincent Crase, lui aussi filmé en train de malmener des manifestants le 1er-Mai, et trois hauts gradés de la préfecture de police soupçonnés d’avoir transmis à l’ex-conseiller de l’Elysée des images de vidéo-surveillance de l’incident ont été mis en examen dimanche soir.

>> A lire aussi : Affaire Benalla. Macron dénonce des faits «inacceptables» et assure qu'il n'y aura «pas d'impunité»

>> A lire aussi : Affaire Benalla. Christophe Castaner explique que Benalla s’occupait des bagages dans le bus de l’équipe de France

>> A lire aussi : Affaire Benalla. Gérard Collomb, le ministre qui ne savait rien (ou pas grand-chose)