VIDEO. Affaire Benalla: Quand Gérard Collomb fait rire la Commission des lois

AUDITION Le ministre de l'Intérieur a été auditionné ce lundi devant la Commission des lois de l'Assemblée nationale...

L.Br.

— 

Le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb lors de son audition à l'Assemblée nationale, le 23 juillet 2018.
Le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb lors de son audition à l'Assemblée nationale, le 23 juillet 2018. — ZIHNIOGLU KAMIL/SIPA

Le ministre de l’Intérieur a répondu aux questions des députés de la Commission des lois ce lundi. Gérard Collomb s’est vu contraint de s’expliquer sur l’affaire Benalla, rejetant toute faute personnelle. Certaines réponses du numéro deux du gouvernement ont provoqué des rires dans l’assemblée.

Interrogé par Eric Ciotti, député des Alpes-Maritimes, le ministre confirme avoir vu Emmanuel Macron pendant le week-end. « Nous avons parlé de cette affaire le moins possible », lâche-t-il, provoquant les premiers rires (jaunes) de la Commission. « Le président de la République était plutôt préoccupé de l’avancement de la réforme constitutionnelle et du blocage de l’Assemblée [que de cette affaire] », poursuit le ministre, provoquant une nouvelle salve de rires dans l’assemblée.

« J’ai l’habitude d’être urbain »

A la question d’Alain David (député de Gironde), qui lui demande s’il est normal que Gérard Collomb donne « une accolade » à Alexandre Benalla alors qu’il prétend ne pas le connaître, le ministre de l’Intérieur a répondu : « J’ai sans doute salué, comme j’ai salué tout le monde lorsque je suis arrivé dans ce poste de commandement, cette personne. Comme il devait y avoir 40 personnes, je crois avoir certes salué l’ensemble des 40 personnes qui étaient présentes. Je ne sais pas si c’est votre habitude mais moi j’ai l’habitude d’être urbain. » Cette réponse agacée du ministre n’a pas manqué de faire rire à nouveau les députés.

Alexandre Benalla est mis en cause pour violences sur des manifestants le 1er-mai, après la publication d’une vidéo. Signalé par un internaute à l’IGPN le 3 mai, cet enregistrement n’a pas mené à l’ouverture d’une enquête judiciaire à l’époque, a aussi déclaré le ministre de l’Intérieur

>> A lire aussi : Affaire Benalla. Collomb dit devant les députés que ce n’était pas à lui de saisir le procureur

>> A lire aussi : Affaire Benalla. Christophe Castaner explique que Benalla s’occupait des bagages dans le bus de l’équipe de France

>> A lire aussi : Affaire Benalla. Macron dénonce des faits «inacceptables» et assure qu'il n'y aura «pas d'impunité»