Coupe du monde 2018: 11 personnes toujours en garde à vue à Paris pour des incidents lors du retour des Bleus

PARIS La journée de célébration du titre, lundi, été émaillée par des incidents...

20 Minutes avec AFP

— 

Les Bleus sur les Champs-Elysées, le 16 juillet 2018.
Les Bleus sur les Champs-Elysées, le 16 juillet 2018. — ROMUALD MEIGNEUX/SIPA

Onze personnes se trouvaient encore en garde à vue mardi soir pour des incidents intervenus lundi à l’occasion du retour triomphal des joueurs de l’équipe de France de football dans la capitale, a-t-on appris auprès du parquet de Paris.

Cette longue journée de célébration du titre remporté dimanche en Russie contre la Croatie (4-2) a été émaillée par de nouveaux incidents, notamment sur les Champs-Elysées où les joueurs ont été acclamés l’après-midi par des centaines de milliers de personnes, mais aussi en soirée devant l’hôtel parisien Le Crillon où de nombreux supporteurs ont espéré en vain l’arrivée de leurs idoles.

A l’occasion de ces incidents, s’ajoutant à ceux de la soirée de la finale, 22 personnes, dont sept mineures, ont fait l’objet lundi d’une garde à vue, une mesure prolongée mardi soir pour 10 majeurs et pour un mineur, a indiqué le parquet. Concernant les autres majeurs arrêtés lundi, quatre ont été libérés sans être poursuivis et un autre a été présenté à la justice. S’agissant des mineurs, deux ont été présentés à la justice, trois autres sont convoqués devant le juge des enfants et un sixième a été libéré.

Supporters exaspérés par l’attente et déçus

De retour de Russie lundi, les joueurs ont descendu les Champs-Elysées où s’étaient massées des centaines de milliers de personnes, avant d’être reçus à l’Elysée. Des informations avaient circulé toute la journée sur un rendez-vous dans la soirée au Crillon, et des milliers de supporteurs s’étaient rassemblés devant le palace situé place de la Concorde dans l’espoir de voir leurs idoles.

En réalité, aucune « festivité publique » n’était prévue ce soir-là à l’hôtel pour les Bleus, mais seulement « un rassemblement privé pour ceux qui le souhaitaient », a indiqué mardi à l’AFP la Fédération française de football (FFF). Exaspérés par l’attente et déçus, des supporters ont alors laissé éclater leur colère. Parmi eux, certains ont jeté des bouteilles sur les forces de l’ordre, qui ont ensuite fait évacuer la place, avait constaté un photographe de l’AFP.

La veille, au cours des festivités liées à la finale victorieuse, 57 personnes dont 13 mineures avaient été placées en garde à vue pour des incidents tels que des violences, des vols, des dégradations ou des outrages aux forces de l’ordre. Parmi les 31 personnes qui avaient vu leur garde à vue prolongée lundi soir, 22 (14 majeurs et 8 mineurs) ont été présentées mardi soir à la justice tandis que neuf majeurs ont été libérés. Onze majeurs ont déjà été présentés à la justice lundi et six d’entre eux ont comparu mardi devant le tribunal correctionnel en comparution immédiate.