Paris: Quatre gérants de coffee-shops mis en examen pour «provocation à l'usage de stupéfiants»

CANNABIS Depuis quelques mois, les boutiques commercialisant les produits à base de cannabidiol se sont multipliées…

20 Minutes avec AFP

— 

Coincé dans un cadre juridique flou, le CBD n’a toutefois rien d’illégal
Coincé dans un cadre juridique flou, le CBD n’a toutefois rien d’illégal — R.LESCURIEUX / 20Minutes

Quatre gérants de boutiques parisiennes vendant un dérivé du cannabis ont été mis en examen pour infraction à la législation sur les stupéfiants, a-t-on appris vendredi de source judiciaire. Ils ont été mis en examen pour « transport, détention, offre ou session, acquisition ou emploi de stupéfiants », ainsi que pour « provocation à l’usage de stupéfiants », et placés sous contrôle judiciaire, a précisé cette source.

Dans le détail, il s’agit de trois hommes gérant des établissements dans les XIe, XVIe et XVIIIe arrondissements, ainsi que d’une femme à la tête d’une boutique dans le XIe arrondissement. Fin juin, trois dirigeants de telles enseignes dans les IIe et XIe arrondissements de Paris avaient déjà été mis en examen pour les mêmes chefs.

Les établissements qui commercialisent des produits à base de cannabidiol (CBD) se sont récemment multipliés en France et notamment à Paris, s’appuyant sur un flou juridique qui autorise le CBD dès lors que la teneur en THC, composant du cannabis ayant un effet psychotrope, n’excède pas 0,2 %. Cette autorisation découle d’un arrêté du 22 août 1990 qui ne permet cependant la vente du CBD que sous la forme de « fibres (herbes) ou graines », un élément qui n’est pas toujours respecté par ces enseignes.