La vitesse en agglomération bientôt limitée à 30 km/h? Alerte au canular

FAKE OFF Un article parodique annonçant la limitation de la vitesse à 30 km/h en agglomération d'ici 2020 inquiète certains automobilistes...

Alexis Orsini

— 

Photo prise le 15 septembre 2015 à Grenoble d'un panneau de limitation de vitesse à 30 km/h
Photo prise le 15 septembre 2015 à Grenoble d'un panneau de limitation de vitesse à 30 km/h — JEAN-PIERRE CLATOT AFP
  • Selon le site « Humour à gogo », la limitation de vitesse en agglomération pourrait passer, d'ici 2020, de 50 km/h à 30 km/h.
  • La rumeur, devenue virale, reprend en réalité un canular du site parodique BMF-News.
  • Contacté par 20 Minutes, l'Observatoire national interministériel de la sécurité routière confirme qu'aucune limitation de ce genre n'est prévue au niveau national.

Après la restriction de la limitation de vitesse sur les routes secondaires à 80 km/h au lieu de 90 km/h, les agglomérations sont-elles les prochaines concernées par une mesure similaire de prévention routière ?

C’est ce qu’annonce le site Humouragogo.fr dans un article du 12 juillet intitulé « Sécurité routière – Le passage de 50 à 30 km/h en agglomération se fera en douceur ».

Evoquant une « véritable bombe » au vu de l’impopularité (réelle) de la baisse de 90 km/h à 80 km/h sur les routes secondaires depuis le 1er juillet, le site affirme que « la limitation de vitesse en agglomération devrait passer de 50 à 30 km/h d’ici 2020 » en citant des propos soi-disant tenus par le directeur de « l’Observatoire national de la sécurité routière (ONSR) », le dénommé Jean-Luc Pucoron.

Mais « Humour à gogo », habitué à republier des informations, rumeurs ou parodies de sources diverses sans vérifier leur véracité, reprend en fait un canular mis en ligne par le site parodique BMF-News.

FAKE OFF

Ce dernier, qui imite le logo de la chaîne BFM-TV (dont l’ordre des lettres, ici inversé, est censé signifier « Bonne Mais Fausse News »), indique qu’il est « exclusivement dédié à la publication d’articles parodiques et [décalés] ».

Le site précise clairement son but – « divertir en proposant des “infauxrmations” humoristiques, en particulier via des articles satiriques sur l’actualité française et internationale » – tout en appelant ses lecteurs à la vigilance : « Il appartient à l’internaute d’utiliser ces parodies avec discernement et esprit critique. »

Mais comme souvent sur le web, ce type de canular est ensuite repris à l’identique sur d’autres sites, au premier degré. Certains internautes prennent ainsi l’information au sérieux, à l’instar de ce membre Facebook qui déplore, sur la page d’« Humour à gogo » : « On va bientôt nous demander de pousser nos voitures. On marche sur la tête. Pays de merde »

La publication de la page Facebook liée à « Humour à gogo ».
La publication de la page Facebook liée à « Humour à gogo ». - Capture d'écran

« Il n’y a pas le moindre projet de baisser la vitesse à 30 km/h en ville »

Contacté par 20 Minutes, l’Observatoire national interministériel de la sécurité (ONISR, et non pas ONSR comme indiqué dans le canular) confirme : « Il n’y a pas au niveau national le moindre projet de baisser la vitesse à 30 km/h en ville ». L’organisme, qui rappelle que les maires ont compétence pour adopter une telle mesure, précise en outre être « dirigé par [sa secrétaire générale] Manuelle Salathe » et non par le dénommé Jean-Luc Pucoron.

Depuis son entrée en vigueur, la limitation de vitesse à 80 km/h sur les routes secondaires a donné lieu à d’autres canulars devenus viraux et pris au sérieux par certains internautes, à l’instar d’un prétendu déploiement de radars miniatures pour s’assurer du respect de la nouvelle limitation. La source de l’article original n’est autre que Scienceinfo.fr, un autre site ouvertement parodique… ce qui ne l’a pas empêché d’être repris sérieusement sur de nombreux blogs.

>> Vous souhaitez que l’équipe de la rubrique Fake off vérifie une info ? Envoyez un mail à l’adresse contribution@20minutes.fr.

20 Minutes est partenaire de Facebook pour lutter contre les fake news. Grâce à ce dispositif, les utilisateurs du réseau social peuvent signaler une information qui leur paraît fausse.