Marseille: La direction assure vouloir sauver la crèche de la Busserine

QUARTIERS NORD Parents et personnels se sont rassemblés lundi pour protester contre la fermeture annoncée de cette crèche à cause de l’insécurité ambiante…

Adrien Max

— 

Le rassemblement des parents et du personnel devant la crèche de la Busserine, qui doit fermer à la fin du mois de juillet.
Le rassemblement des parents et du personnel devant la crèche de la Busserine, qui doit fermer à la fin du mois de juillet. — Adrien Max / 20 Minutes

Alors que lundi après midi des parents et le personnel de la crèche de l'oeuf, à Marseille, s’étaient rassemblés pour protester contre la fermeture de la structure, la direction assure à 20 Minutes vouloir maintenir l’activité.

« La fermeture n’est pas d’actualité. Nous ne pouvons plus maintenir notre activité dans cet endroit pour des raisons évidentes de sécurité mais nous cherchons activement un nouveau local », annonce Bruno Galy, directeur des Apprentis d’Auteuil en Paca, la structure qui gère la crèche.

Trouver un nouveau local

Bruno Galy souligne le travail « exceptionnel » réalisé par l’équipe de la crèche de l’Œuf et assure « ne pas vouloir quitter les territoires Nord de Marseille ». Selon lui, la préfecture, la mairie, et les Apprentis d’Auteuil font leur maximum pour trouver un nouveau local. Le directeur s’engage même à maintenir l’activité au sein de la crèche de l’œuf, si une solution est trouvée avec une mise aux normes des locaux dans des délais raisonnables, « le temps de faire la jonction avec le nouveau local. »

Quant aux 22 familles qui avaient une place réservée dans la crèche de l’Œuf, des propositions de repositionnement leur ont été faites. « Sur les 22 propositions, 21 ont été acceptées », assure Bruno Galy. Même s’il ne peut garantir une issue favorable, pour Bruno Galy « les planètes sont en train de s’aligner. »

>> A lire aussi : Marseille: La ville régularise les travaux, jusqu'alors illégaux, d'un de ses adjoints

>> A lire aussi : Marseille: «Ça ne pourra aller que de pire en pire»... A la cité de la Busserine, une crèche ferme à cause de l'insécurité

​​​​