Lille: L'encadrement des loyers à nouveau rejeté

LOGEMENT Le gouvernement avait demandé de suspendre la décision d’annuler l’encadrement des loyers à Lille…

20 Minutes avec AFP

— 

Un logement à louer à Lille.
Un logement à louer à Lille. — Philippe Huguen AFP

La cour administrative d’appel de Douai (Nord) a rejeté la demande formulée par le gouvernement de suspendre l’annulation de l’encadrement des loyers à Lille, prononcée en octobre 2017 par le tribunal administratif.

Prévu dans une trentaine d’agglomérations par la loi Alur défendue par Cécile Duflot lorsqu’elle était ministre du Logement au début du quinquennat Hollande, l’encadrement des loyers n’a été appliqué qu’à Paris, à partir de 2015, et Lille, en 2017.

Le tribunal administratif de Lille avait annulé cette réglementation à l’automne 2017

Saisi notamment par l’Union nationale de la propriété immobilière (UNPI) du Nord, le tribunal administratif de Lille avait annulé cette réglementation à l’automne 2017, estimant que l’encadrement des loyers, fixé par un arrêté du préfet du Nord, ne pouvait pas être appliqué dans la seule commune de Lille et aurait dû concerner l’ensemble de l’agglomération lilloise.

A la suite de cette décision, le ministre de la Cohésion des territoires avait demandé à la cour de prononcer le sursis à exécution d’un jugement « entaché d’insuffisance de motivation », jugeant notamment que l’UNPI ne « justifiait d’un intérêt suffisamment direct et certain lui donnant qualité pour contester » le dispositif.

La même décision prise à Paris

Aucun des arguments avancés par le ministre « n’apparaît, en l’état de l’instruction, sérieux et de nature à justifier l’annulation ou la réformation de ce jugement », peut-on lire dans la décision de la cour datée du 3 juillet et révélée samedi par la Voix du Nord. La décision de l’appel interjeté par le gouvernement sur le fond du dossier est toujours attendue, selon Me Patrick Drancourt, qui défend les professionnels de l’immobilier.

A Paris, la cour administrative d’appel a confirmé fin juin la décision de justice, rendue fin 2017, qui annulait l’encadrement des loyers alors en vigueur dans la capitale. La mesure prévoyait qu’à la signature d’un nouveau bail ou lors d’un renouvellement, le loyer d’un logement ne puisse dépasser de 20 % un loyer de référence fixé par arrêté préfectoral (ni lui être inférieur de 30 %).