Des vêtements collectés par la Croix-Rouge jetés par les migrants de l'«Aquarius»? La fausse rumeur qui traverse les frontières

FAKE OFF Depuis l'arrivée des migrants de l'Aquarius à Valence, en Espagne, une photo d'habits de la Croix-Rouge entassés dans une poubelle alimente une rumeur qui les accuse de les avoir jetés...

Alexis Orsini

— 

La photo utilisée par différents sites d'extrême droite pour accuser les migrants de l'Aquarius.
La photo utilisée par différents sites d'extrême droite pour accuser les migrants de l'Aquarius. — Capture d'écran
  • La photo d'une poubelle remplie de vêtements de la Croix-Rouge a été diffusée sur Twitter le 24 juin par un compte local de la sécurité civile espagnole.
  • Elle a ensuite été reprise par différentes personnalités d'extrême droite, qui accusent les migrants d'avoir jeté ces habits.
  • En réalité, la Croix-Rouge jette elle-même ces habits, voués à être détruits après utilisation, conformément au protocole en vigueur. 

Si la crise de l’Aquarius, le bateau de l’ONG SOS Méditerranée refusé par l’Italie, a divisé l’Europe pendant une semaine, les polémiques se poursuivent après l’arrivée des 630 migrants au port de Valence, en Espagne, le 17 juin

Le 24 juin, une photo de poubelles contenant des vêtements de la Croix-Rouge donnés aux migrants est publiée par un compte Twitter de la sécurité civile locale. Si le tweet a depuis été supprimé, la photo est vite reprise et republiée par Cristina Segui, une figure politique conservatrice espagnole, qui lance la rumeur d’un abandon des habits par les migrants eux-mêmes : « Apparemment, les vêtements choisis pour les réfugiés de [Pedro Sánchez, président du gouvernement espagnol] n'étaient pas appréciés par les nouveaux invités ». 

Désormais lancée, la rumeur est reprise par des comptes Twitter ou sites d’extrême droite de différents pays européens. Dont celui de Boris Le Lay, un blogueur français connu pour ses publications racistes et souvent non vérifiées. Il publie ainsi la photo dans un article accompagné d’un unique commentaire : « Priorité pour la Croix Rouge, les dons de vêtements pour les migrants clandestins. Résultats : ils finissent dans les poubelles, comme ici à Valence. » 

Sans oublier de relayer l’article sur sa page Facebook – ce qui suscite plus de 1.500 partages -, avec un commentaire ironique : « Des miséreux d'un genre nouveau : ils ont des goûts de luxe ».

FAKE OFF

Dès le 25 juin, VOST C. Valenciana, un autre compte Twitter de la sécurité civile, rétablit les faits dans une série de tweets.

La VOST C. Valenciana explique ainsi que le protocole standard, à l’arrivée de migrants dans un centre d’accueil, quel que soit le pays d’Europe concerné, est de leur appliquer un traitement contre la gale. Ce qui implique de remplacer leurs vêtements par un kit basique (contenant  un survêtement, un t-shirt, une paire de chaussettes et des sous-vêtements, du dentifrice…).

Après usage, le kit en question est stocké temporairement dans des conteneurs, en attendant que ces habits soient récupérés puis détruits par une société spécialisée dans la collecte de déchets. La Croix-Rouge affirme que les vêtements en question sont donc restés une heure environ dans les poubelles, au sein d’une enceinte sécurisée, avant d’être récupérés par la société qualifiée.

Ces habits conçus pour être jetés après utilisation ne l’ont donc pas été par les migrants eux-mêmes. Ce qui n’a pas empêché la rumeur d’être abondamment reprise, et de susciter nombre de commentaires racistes, notamment sur le sous-forum Reddit r/The_Europe : « Utiliser des habits et des serviettes pour se torcher, c’est parfaitement normal dans leur culture ». 

>> Vous souhaitez que l’équipe de la rubrique Fake off vérifie une info ? Envoyez un mail à l’adresse contribution@20minutes.fr.

20 Minutes est partenaire de Facebook pour lutter contre les fake news. Grâce à ce dispositif, les utilisateurs du réseau social peuvent signaler une information qui leur paraît fausse.