VIDEO. Marseille: Après la fusillade, une crèche de la Busserine contrainte de déménager

SECURITE Les dirigeants de cette crèche, située dans cette cité de Marseille récemment visitée par un commando armée, estiment ne plus pouvoir travailler en sécurité... 

M.C. avec AFP

— 

Marseille le 17 mai 2011 - La citŽé de la Busserine et la citŽé des flamants en fond dans les quartiers nord de Marseille
Marseille le 17 mai 2011 - La citŽé de la Busserine et la citŽé des flamants en fond dans les quartiers nord de Marseille — P.MAGNIEN / 20 MINUTES

Les 35 enfants qu’accueille la Crèche de l'Oeuf ne pourront pas faire la rentrée de septembre dans les locaux actuels. Cette crèche des quartiers Nord de Marseille se situe en effet dans le quartier de la Busserine, théâtre fin mai d’une impressionnante fusillade réalisée par un commando armé de kalachnikov. Les locaux sont de plus voisins de trafiquants.

Les dirigeants ont pris une telle décision car ils estiment ne plus pouvoir travailler en sécurité. « Nous avons pris nos responsabilités : on ne fera pas la rentrée à cet endroit-là », a expliqué à l’AFP Valérie Moulinier, déléguée générale d’Auteuil Petite Enfance, qui gère la structure.

Une « difficulté d’assurer la sécurité des enfants »

Face à « des événements réguliers depuis trois ans », la sécurité des lieux avait été peu à peu renforcée, avec notamment l’installation de palissades, a précisé Valérie Moulinier, confirmant une information de Marsactu.

Mais « les derniers événements ont mis en évidence la difficulté d’assurer la sécurité des enfants, des familles et du personnel », a ajouté la responsable de cette émanation de la Fondation d’Auteuil. Ces dernières années, dans ce quartier déshérité et plongé dans d’interminables travaux de rénovation urbaine, le personnel avait dû s’accoutumer au voisinage des trafiquants.

« Il n’y a jamais eu d’incident grave, mais on devait s’arranger avec le contexte, c’était une charge mentale difficile à assumer », a déploré la responsable. Un impact de balle a même été retrouvé un jour dans la palissade de la crèche.

>> A lire aussi : VIDEO. Marseille: Contre le trafic de drogue, «on traite les symptômes, pas le problème de fond»