Hérault : Sur la limitation à 80 km/h, les automobilistes sont très sceptiques

ROUTE La nouvelle limitation de vitesse sur les routes sans séparateur central est entrée en vigueur ce dimanche...

Nicolas Bonzom

— 

Les gendarmes en pleine opération de sensibilisation sur l'abaissement de la vitesse, ce dimanche, à Lodève.
Les gendarmes en pleine opération de sensibilisation sur l'abaissement de la vitesse, ce dimanche, à Lodève. — N. Bonzom / Maxele Presse
  • L’abaissement de la vitesse à 80 km/h est entré en vigueur ce dimanche.
  • « 20 Minutes » a suivi des gendarmes en pleine opération de sensibilisation.
  • Et les automobilistes semblent très sceptiques sur cette nouvelle mesure.

Ce dimanche, est entrée en vigueur la limitation de vitesse sur les routes à double sens sans séparateur central : désormais, il faudra rouler à 80 km/h, non plus à 90 km/h.

Pour tester la popularité de cette mesure, 20 Minutes a accompagné l’escadron de gendarmerie de Clermont-l’Hérault, qui a mené une opération de sensibilisation à Lodève, dans les hauts cantons de l’Hérault, en bordure de la route départementale 609, l’une des routes du département où l’abaissement de la vitesse s’applique.

« Cela va contribuer à remplir les caisses de l’Etat ! »

Et force est de constater que le passage à 80 km/h est loin de faire l’unanimité. « Oui, on gagne 13 mètres en termes de distance de freinage, oui, cela va certainement sauver des vies, témoigne un jeune homme, qui discute avec un gendarme. Mais j’imagine aussi que cela va contribuer à remplir les caisses de l’Etat. » « Ce n’est pas vrai, répond Jérôme Millet, le nouveau sous-préfet de Lodève, qui s’est invité ce dimanche à cette opération séduction pour les 80 km/h. Les fonds qui seront récoltés dans ce cadre seront attribués à l’amélioration des structures de prise en charge des usagers de la route. »

Un peu plus loin, un homme semble, lui, sceptique. « Moi, je fais les marchés avec mon camion, explique l’Héraultais. A 80 km/h, j’ai tendance à m’endormir au volant. Moi, je pense plutôt que cela va augmenter les accidents. » Une idée reçue, reprend encore le sous-préfet de Lodève : « Dans les départements et les pays où la mesure a été testée, cela a fait baisser le nombre de tués sur les routes. » « Je ne suis pas vraiment convaincu, note un autre automobiliste. On a déjà du mal à circuler, cela va encore augmenter nos temps de trajet ! Mais si cela peut faire baisser le nombre de morts, oui. » « Sur 20 minutes de trajet, vous ne perdrez que deux minutes », reprend Jérôme Millet.

Les gendarmes en pleine opération de sensibilisation sur l'abaissement de la vitesse, ce dimanche, à Lodève.
Les gendarmes en pleine opération de sensibilisation sur l'abaissement de la vitesse, ce dimanche, à Lodève. - N. Bonzom / Maxele Presse

« C’est une mesure impopulaire »

« Moi, je ne travaille pas très loin, indique une conductrice. Mais pour quelqu’un qui fait de longs trajets pour aller au travail, cela risque de rallonger le temps de trajet ! » « Je pense que l’on pouvait continuer à rouler à 90 km/h sur certaines routes, et à 80 km/h sur les routes les plus dangereuses. Mais bon, de toute façon, c’est la loi », note un autre.

« Certes, c’est une mesure impopulaire, reconnaît le capitaine de gendarmerie Frédéric Calais. Les usagers nous disent qu’ils vont avoir du mal à doubler les camions, ou se demandent pourquoi l’on produit des voitures qui vont de plus en plus vite pour abaisser la vitesse… Mais dans le passé, lorsque l’on a rendu la ceinture de sécurité obligatoire ou instauré le permis à points, on a fait face à une levée de boucliers. Pourtant, ces mesures ont permis de baisser le nombre de tués sur les routes. C’est une mesure qui devrait produire des effets positifs, avec moins d’accidents, moins graves. »

Un petit cours de sécurité routière en cas de petit excès de vitesse

Ces prochaines semaines, les gendarmes devraient faire preuve de clémence quant à l’abaissement de la vitesse. Quoi qu’il en soit, tous les panneaux n’ont pas encore été changés dans l’Hérault, difficile de verbaliser. Le département doit s’y atteler ce lundi.

« Nous réfléchissons avec la préfecture et le parquet à mettre en place des opérations d’alternatives aux poursuites dans les prochaines semaines, reprend le capitaine de gendarmerie. Nous ferons des contrôles de vitesse sur des routes qui sont passées à 80 km/h, et les automobilistes qui seront arrêtés pour un petit excès de vitesse ne perdront pas de point, et seront invités à suivre un petit cours de sécurité routière. »

Dans l’Hérault, environ 3.500 km de routes sont passés à 80 km/h ce dimanche, seuls 121 km restent à 90 ou 110 km/h, et 22 radars automatiques ont été réglés sur 80 km/h.

>> A lire aussi : Limitation à 80 km/h : « Cela n’empêchera personne de doubler les camions ou les tracteurs comme des idiots »

>> A lire aussi : Sécurité routière : Près de 400.000 km de routes secondaires désormais limités à 80 km/h