VIDEO. Hélicoptère, commando armé... Comment Rédoine Faïd s'est évadé de la prison de Réau

EN CAVALE Le braqueur récidiviste Redoine Faïd s’est évadé ce dimanche matin...

R.L.

— 

L'hélicoptère a été retrouvé à Gonesse (Val d'Oise).
L'hélicoptère a été retrouvé à Gonesse (Val d'Oise). — GEOFFROY VAN DER HASSELT

Le braqueur récidiviste Redoine Faïd s'est évadé ce dimanche matin par hélicoptère avec la complicité d’un « commando armé » de la prison de Réau en Seine-et-Marne, où il était incarcéré. Cette opération « de quelques minutes » n’a fait ni blessé ni otage, a déclaré l’administration pénitentiaire. Alors qu’un important dispositif de recherches a été mis en place, 20 Minutes fait le point sur la situation.

Que s’est-il passé ?

Aux alentours de 11 heures, ce dimanche, Redoine Faïd s’entretient au parloir avec son frère Brahim, à la prison de Réau en Seine-et-Marne. C’est à ce moment-là que deux des trois complices débarqués d’un hélicoptère sont entrés armés de kalachnikov, selon les informations du Parisien. Ils ont neutralisé les caméras avec des fumigènes et utilisé une disqueuse pour ouvrir les grilles de protection, précise le quotidien. L’évasion a duré quelques minutes seulement. Il n’y a pas eu de blessé, ni d’otage. Vers 11h30, le commando prend la fuite à bord de cet hélicoptère.

D’où sort cet hélicoptère ?

Selon une source policière, le pilote de l’hélicoptère était un instructeur qui attendait un élève à Fontenay-Trésigny (Seine-et-Marne). L’homme a été pris en otage par les complices de Redoine Faïd. Durant l’évasion, il était tenu en joue par un des malfaiteurs, note Le Parisien, précisant qu’il a ensuite été relâché, en état de choc. Il est actuellement entendu par la police. Selon une source policière contactée par France 3, l’hélicoptère a été retrouvé brûlé sur la commune de Gonesse (Val-d’Oise). Les occupants auraient pris la fuite à bord d’une voiture en direction de l’autoroute A1.

Y a-t-il eu un changement de véhicule ?

Après avoir pris la fuite à bord d’une voiture noire depuis Gonesse (Val-d’Oise), Redoine Faïd et ses complices auraient changé de véhicule et pris place dans une camionnette blanche avec un logo Enedis, selon une source policière à France 3.

Où en est l’enquête ?

Le plan épervier a été déclenché. La police judiciaire a été saisie et « tous les moyens sont mobilisés pour localiser le fugitif », indique une source au ministère de l’Intérieur. Les unités territoriales de la police et de la gendarmerie « ont été immédiatement alertées des faits » et « des dispositifs coordonnées de contrôle et d’interception sont mis en place, qui tiennent compte de la dangerosité du fugitif et de ses possibles complices ». Le parquet de Paris a ouvert une enquête en flagrance des chefs d’évasion en bande organisée et d’association de malfaiteurs confiée à la DCPJ, a-t-il indiqué.

Quid des filets de protection dans la prison ?

Selon France 2, la cour d’honneur de la prison de Réau où s’est posé l’hélicoptère était « le seul endroit qui n’était pas protégé contre les hélicoptères ». Sur BFM TV, le syndicaliste Martial Delabroye affirme que FO avait « déjà dénoncé il y a plusieurs années », l’absence de filet de protection au-dessus de cette cour d’honneur. « Nous n’avons aucun moyen de répliquer face à ce genre de situations », a-t-il déploré.

Les complices, qui ont permis l’évasion spectaculaire par hélicoptère du braqueur récidiviste d’une prison de Seine-et-Marne, avaient « sans doute repéré les lieux par le biais de drones », a affirmé la ministre de la Justice Nicole Belloubet. « Il y a quelques mois, les services de l’établissement avaient repéré des drones qui survolaient l’établissement », a indiqué la ministre venue au centre pénitentiaire de Réau, en se disant toutefois « pas en capacité » de faire un lien formel avec l’évasion.

Qui est Redouane Faïd ?

Redouane Faïd, 46 ans, avait été condamné en appel en avril à 25 ans de réclusion pour un braquage raté dans le Val-de-Marne qui avait coûté la vie en 2010 à la policière municipale Aurélie Fouquet. Il avait été condamné deux fois aux assises en 2017 : à 10 ans de réclusion pour son évasion de la prison de Lille-Séquedin en 2013 et à 18 ans de prison pour l’attaque d’un fourgon blindé dans le Pas-de-Calais en 2011. Il a fait appel de ces deux condamnations.

« C’est quelqu’un qui n’est jamais en conflit avec le personnel, mais dont il faut toujours se méfier », indique à l’AFP un surveillant de prison, qui a côtoyé Redoine Faïd dans le cadre de son travail. « Dans un coin de sa tête, il n’a jamais perdu l’idée de s’évader. Derrière ses bonnes manières - c’est quelqu’un de très poli -, il cachait toujours son jeu ».

>> A lire aussi : Retour sur les évasions les plus spectaculaires de ces dernières années