C'est l'heure du BIM: Journal endeuillé par une fusillade, Abdeslam parle et l'Europe solidaire

ACTUALITES « 20 Minutes » compile pour vous les infos qu’il ne faut pas manquer ce matin dans votre Bulletin d’information matinal (BIM)…

P.B.

— 

Un tireur abat cinq personnes dans un journal du Maryland, aux Etats-Unis.
Un tireur abat cinq personnes dans un journal du Maryland, aux Etats-Unis. — AFP

Vous avez manqué les infos de ce début de matinée ? On vous a concocté un récap' pour vous aider à y voir plus clair.

Endeuillés par une fusillade, les journalistes continuent de faire leur métier

Ils ont perdu cinq collègues dans une fusillade, jeudi. « Je peux vous dire ceci : on va sortir un fichu journal demain », a assuré sur Twitter Chase Cook, l’un des journalistes du Capital Gazette, un quotidien régional du Maryland pris pour cible par un tireur arrêté vivant par les autorités. « Il s’agit d’une attaque ciblée. Le tireur est entré dans le bâtiment avec une grenade fumigène et un fusil à pompe », a indiqué le chef de la police locale, Bill Krampf. Il a évoqué des menaces que le suspect aurait faites sur des réseaux sociaux, sans en préciser la nature. Selon le Baltimore Sun, qui a publié l’identité du suspect, sa dispute avec le journal remonterait à 2011, à et la couverture de son procès qu’il jugeait négative.

>> A lire aussi : Fusillade dans un journal du Maryland, au moins cinq morts selon la police

Salah Abdeslam justifie les attentats pour la première fois

C’est le seul membre encore en vie des commandos djihadistes du 13 novembre 2015. Devant un juge antiterroriste, Salah Abdeslam est brièvement sorti de son mutisme, jeudi, faisant « une déclaration spontanée d’ordre général, à connotation religieuse et politique », selon une source proche du dossier de l’AFP, qui a confirmé une information d’Europe 1. Et selon RTL, Abdeslam a pour la première fois justifié les attentats. « Nous ne vous attaquons pas parce que vous mangez du porc, vous buvez du vin ou vous écoutez de la musique, mais les musulmans se défendent contre ceux qui les attaquent », aurait notamment déclaré le détenu le plus surveillé de France.

Accord au forceps des Européens sur les migrations

Les dirigeants des pays de l’UE ont bouclé un accord ce vendredi au petit matin sur les migrations, salué par l’Italie qui avait menacé de faire capoter leur sommet à Bruxelles si on ne lui manifestait pas plus de solidarité face aux arrivées de migrants.« L’Italie n’est plus seule », s’est réjoui le chef du gouvernement populiste italien Giuseppe Conte qui avait fait monter la pression sur ses partenaires européens en bloquant l’adoption de premières conclusions du sommet, avant même que ne commencent les débats sur les migrations. « C’est la coopération européenne qui l’a emporté », s’est félicité Emmanuel Macron devant la presse, jugeant que « la solidarité que nous devons aux pays de première entrée a été actée ».